fbpx

Témoignages : leurs déclics solidaires

Quatre per­son­na­li­tés ont confié à Causette le pour­quoi et le com­ment de leurs enga­ge­ments soli­daires. Inspirant.


Pénélope Bagieu

AUTRICE DE BANDES DESSINÉES

« La pre­mière fois que j’ai par­ti­ci­pé à une opé­ra­tion avec une asso­cia­tion, c’était avec la Croix-​Rouge, il y a quinze ans. Et j’en fais régu­liè­re­ment au fil des années. Mais, là, en 2020, c’est deve­nu sys­té­ma­tique, car la situa­tion est de pire en pire… Je vends des des­sins ou je relaie une sto­ry sur Instagram pour mettre en avant une cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion ou un appel aux dons. Je fais aus­si des choses sur le ter­rain, comme des cours de sou­tien ou de l’aide aux migrants, mais je ne sou­haite pas média­ti­ser cet aspect-​là. Déjà parce que ça fait un peu “safa­ri chez les pauvres” et que ça donne l’impression qu’on veut se faire briller. J’ai aus­si com­pris qu’il ne fal­lait pas essayer de se sub­sti­tuer aux asso­cia­tions, de prendre la parole à leur place, c’est pas bien.

Avant, je me sen­tais inutile. J’avais l’impression de faire du mili­tan­tisme de salon. Et puis je me suis dit que j’avais un audi­toire hyper large et que je pou­vais relayer des mes­sages. Je pense qu’il faut que les gens qui ont une voix qui porte s’en servent pour accom­pa­gner le tra­vail de l’ombre. Moi, mon job est utile si je peux récu­pé­rer de l’argent. J’ai fait une vente de des­sins pour la Fondation Abbé-​Pierre qui a per­mis de récu­pé­rer 30 000 euros en quelques minutes. En fait, j’avais des­si­né pour moi, pour ­m’exercer. Et puis j’ai enten­du le dis­cours hyper connu de l’abbé Pierre, celui de 1954, qu’on entend tout le temps, qui met une grosse claque et rend le retour à la vie nor­male qua­si impos­sible. Donc, j’ai appe­lé la Fondation Abbé-​Pierre pour leur pro­po­ser d’organiser une vente. 
Si je peux inci­ter les gens qui ont de l’argent à le diri­ger vers des bonnes causes, tant mieux. Hélas, ça ne suf­fit pas à se sen­tir apai­sée. De toute façon, je ne crois pas à l’activité apai­sée, il faut être ­éner­vée pour que ça marche. Je pense aus­si qu’il ne faut pas, non plus, dépo­li­ti­ser ces gestes de soli­da­ri­té. Au fond, on ne[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Capture d’écran 2021 09 08 à 10.49.14

La com­tesse de Die, femme trou­ba­dour oubliée

À Die, dans la Drôme, un collectif de femmes se mobilise depuis plus d’un an pour replacer dans l’Histoire des figures féminines régionales. Avec comme point de départ la vie de la comtesse de Die, femme troubadour emblématique de la ville et...

queen a man

Queen-​A-​Man : they will rock you

En novembre prochain, voilà trente ans que Freddie Mercury aura disparu. Depuis presque un an, à Guémené-Penfao (Loire-Atlantique), un groupe d’hommes pré-quinquas, les Queen-A-Man, menés par une capitaine déjantée, prépare en son honneur un show de...

hs12 trotula de salerne capture ecran anecdotes historiques.com

Trotula de Salerne : spé­cu­lum et fabliaux

Figure du Moyen Âge devenue symbole de l’invisibilisation des femmes dans l’histoire des sciences, Trotula de Salerne aurait été une brillante professeure de médecine italienne et l’autrice du premier traité de gynécologie jamais écrit.