fbpx

Solidarité : aux actes, citoyen·nes

Dès le pre­mier confi­ne­ment, un tas d’assos et de per­sonnes créa­tives ont inven­té de nou­velles ini­tia­tives pour aider nos concitoyen·nes dans le besoin. Mille et une idées (simples et par­fois insoup­çon­nées !) à appli­quer ou des­quelles s’inspirer, quand on se demande : “ Comment je peux aider ? ”

Filer un coup de pouce aux étudiant·es

Depuis début 2020, Co’p1 Solidarités étu­diantes orga­nise des col­lectes ali­men­taires et en fait des colis soli­daires des­ti­nés aux étudiant·es pré­caires de région pari­sienne. L’initiative « vient de la volon­té de six per­sonnes » seule­ment. Mais aujourd’hui, Lucine Didier, étu­diante en droit à l’université Paris‑I et vice-​­présidente de l’asso, récep­tionne jusqu’à « 200 kg de pommes de terre » à répar­tir en une jour­née ! « N’importe quel étu­diant en Île-​de-​France peut nous rejoindre, mais, ­sur­tout, il ne faut pas avoir peur de créer des répliques de l’asso en régions. » Pour se lan­cer, Co’p1 s’est entou­ré de grosses ONG type Croix-​Rouge, qui « peinent à atteindre le public étu­diant ». Avec leur appui, et « celui de l’administration de la fac », ajoute Lucine, il pour­rait y avoir des antennes de Co’p1 par­tout en France. 

Pour le sou­tien moral et sco­laire, il y a la pla­te­forme 1‑A-​1, lan­cée en jan­vier par l’asso Article 1 sur son site. « Un outil de mise en rela­tion ponc­tuelle pour aider les étu­diants à pra­ti­quer l’anglais en vue d’un entre­tien, à cher­cher une alter­nance, peau­fi­ner leur CV… et don­ner confiance à cette jeu­nesse qui en a plus besoin que jamais », explique Benjamin Blavier, cofon­da­teur. N’importe qui peut y contri­buer, en fonc­tion de ses com­pé­tences. C’est la suite de la pla­te­forme #RéussiteVirale, née en mars, qui a été « un vrai ­suc­cès »

coude a
© Camille Besse 

Même prin­cipe avec C pos­sible, pro­jet du Samu social de Paris, lan­cé en jan­vier 2021 éga­le­ment. Un outil de par­rai­nage à dis­tance pour « mon­trer d’autres hori­zons » aux étudiant·es en galère. Et ce, « dès le stage de troi­sième » en ne pre­nant que quelques heures devant son ordi. 

Préparer ou livrer des colis solidaires

C’est THE ini­tia­tive du confi­ne­ment : le colis soli­daire. On peut don­ner un coup de main aux assos tra­di­tion­nelles qui les envoient, ou rejoindre les Brigades de soli­da­ri­té popu­laire. Ces bandes de voisin·es auto-organisé·es récoltent des den­rées ali­men­taires, les empa­quettent et les dis­tri­buent dans leurs quar­tiers, par­tout en Europe depuis le début de la crise. La liste des endroits des­ser­vis est dis­po­nible sur leur site et il ne tient qu’à vous d’en lan­cer une antenne s’il n’y en a pas encore dans votre coin. 

Pour les amateurs·rices de vélo, il y a les Coursiers soli­daires. Lancée en mars à Annecy (Haute-​Savoie), cette ini­tia­tive per­dure dans plein de villes. L’idée : livrer aux nécessiteux·euses ce qu’ils et elles ne peuvent pas aller cher­cher. Parfois avec l’appui des assos : on trans­porte les colis qu’elles pré­parent. Ou de par­ti­cu­lier à par­ti­cu­lier : on ins­crit alors son numé­ro sur une carte inter­ac­tive, pour que les habitant·es dans le besoin puissent nous deman­der de leur appor­ter ce qu’il manque. « N’importe qui peut s’y mettre : nos cour­siers ont entre 18 et 70 ans, dit en sou­riant Nadia Mercey, pré­si­dente de l’asso à Marseille, dans les Bouches-​du-​Rhône. Il suf­fit de com­men­cer par une page Facebook et d’informer la presse[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
hs12 zitalka wikipedia

Zitkála-​Šá, l’avocate des Amérindiens

Elle est l'une des militantes amérindiennes les plus influentes du début du XXe siècle. Oubliée des livres d’histoire, elle créa le Conseil national des Indiens d’Amérique afin de militer pour les droits civiques de son peuple.