fbpx

Reportage : avec de l’or, Laetitia Lesaffre répare sym­bo­li­que­ment les femmes vic­times de violences

Laetitia Lesaffre nous a ouvert les portes de son ate­lier pari­sien où elle pra­tique le kint­su­gi. L’artiste se sert de cet art japo­nais qui consiste à répa­rer les objets en subli­mant les cas­sures avec de l’or, pour « répa­rer » sym­bo­li­que­ment les femmes vic­times de violences. 

image
©A.T.

Une balade dans la rue de Belleville, dans le XXème arron­dis­se­ment de Paris, est tou­jours ani­mée. Il n’est même pas 10 heures du matin en ce mar­di d’octobre que déjà, à deux pas du métro Jourdain, on croise nombre de Parisien·nes venu·es ava­ler à la hâte un expres­so accoudé·es au zinc des cafés du quar­tier. Une agi­ta­tion qui contraste avec la quié­tude de l’impasse confi­den­tielle, que l’on découvre en s’aventurant der­rière la porte cochère du numé­ro 140. 

« Bienvenue dans mon ate­lier ! » lance Laetitia Lesaffre sur le pas de la porte. C’est ici, au fond d’une petite cour végé­ta­li­sée où de petites mai­sons blanches ont détrô­né les immeubles hauss­man­niens, que cette plas­ti­cienne, peintre laqueuse et pho­to­graphe de 49 ans, a ins­tal­lé il y a huit ans son ate­lier d’artiste. Sur les murs des deux pièces qui com­posent son antre, des dizaines de toiles sont expo­sées. Certaines, les rondes, attirent aus­si­tôt le regard. Ces œuvres en céra­mique qui repré­sentent des por­traits de femmes sont toutes par­cou­rues de fines lignes dorées. 

capture decran 2021 11 02 a 18.54.58
Laetitia Lesaffre devant ses oeuvres. © A.T.
Engagement fémi­niste 

Lorsque la maî­tresse des lieux nous explique la sym­bo­lique der­rière cette série pho­to­gra­phique bap­ti­sée Kintsugi, reflets de femmes, la puis­sance de ces por­traits prend d'emblée une dimen­sion nou­velle. Car dans la petite pièce du fond qui lui sert à la fois de salle d’expo et de stu­dio pho­to, Laetitia Lesaffre accueille et pho­to­gra­phie – avec le sou­tien de la Fondation des femmes – des femmes vic­times de vio­lences qu'elles soient conju­gales, sexuelles, psy­cho­lo­giques ou inces­tueuses. « Ça fai­sait quelques années déjà que je vou­lais allier mon art à mon enga­ge­ment fémi­niste, indique l’artiste à Causette en repla­çant une de ses boucles brunes. J’ai tout de suite pen­sé au kint­su­gi, car, comme la lutte contre les vio­lences faites aux femmes, cet art parle de répa­ra­tion et de rési­lience. »

Capture d’écran 2021 11 02 à 19.04.54
©A.T.

Kintsugi, qui veut dire « join­ture en or » en japo­nais, est un art appa­ru au Japon au XVème siècle. Il consiste à répa­rer des[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
CAUSETTE 2022 02 14 Cha Gonzalez IMG 3896

Assetou Coulibaly : La Damidot des quartiers

Décoratrice, Assetou Coulibaly démocratise le beau en proposant ses services aux locataires des logements sociaux de Clichy-sous-Bois et d’Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Bien plus qu’une couche de peinture, cette initiative, soutenue par les...

hs12 zitalka wikipedia

Zitkála-​Šá, l’avocate des Amérindiens

Elle est l'une des militantes amérindiennes les plus influentes du début du XXe siècle. Oubliée des livres d’histoire, elle créa le Conseil national des Indiens d’Amérique afin de militer pour les droits civiques de son peuple.