fbpx
queen a man
©Juliette Pavy pour Causette

Queen-​A-​Man : they will rock you

En novembre pro­chain, voi­là trente ans que Freddie Mercury aura dis­pa­ru. Depuis presque un an, à Guémené-​Penfao (Loire-​Atlantique), un groupe d’hommes pré-​quinquas, les Queen-​A-​Man, menés par une capi­taine déjan­tée, pré­pare en son hon­neur un show de majo­rettes, qu’ils joue­ront cet été dans les rues fran­çaises sur la musique de Queen. Reportage pen­dant leur entraî­ne­ment.

Boum, boum, clap. Boum, boum, clap. Il faut entendre l’intro du plus connu des titres de Queen, puis les ima­gi­ner mettre leurs lunettes Aviator, gomi­na dans leurs che­veux gri­son­nants, jambes ­écar­tées en jean mou­lant et débar­deur blanc avant de bran­dir leurs bâtons de twir­ling *. Boum, boum, clap. « Buddy, you’re a boy, make a big noise, playing in the street… » Moustaches droites, cein­tures clou­tées, bra­ce­lets en cuir autour du biceps, ils répondent aux coups de ­sif­flet de leur capi­taine, Cécile Le Guern, une femme plus jeune qu’eux et qui les dépasse qua­si tous d’une tête. « …You got mud on your face, you big dis­grace… » C’est entre ZZ Top et une bande de pom-​pom girls. « We will, we will rock you ! » Voici les Queen-​A-​Man. Une troupe de sept majo­rettes hommes, qua­dras et ­quin­quas, et leur capi­taine fémi­nine qui font des cabrioles vêtus en Farrokh Bulsara, alias Freddie Mercury. Ils s’apprêtent à jouer leur spec­tacle dans les rues de plu­sieurs villes fran­çaises cet été, pour lui rendre hom­mage trente ans après sa mort, le 24 novembre 1991.

Le délire vient d’une insom­nie. Dans son lit, Cécile Le Guern rêve d’un show dans lequel elle est « une femme qui se déguise en homme qui se déguise en femme ». On est en 2018, l’année de sor­tie du bio­pic Bohemian Rhapsody. Elle regarde Cyrille, son mec, qui dort. C’est lui qui lui a fait décou­vrir Queen (il avait le best-​of dans sa voi­ture). Comme elle, qui a un bac+2 clown, il est dans le spec­tacle (le cirque, plus pré­ci­sé­ment). Avant de le ren­con­trer, elle trou­vait que « Freddie en fai­sait des caisses » et que l’opéra rock, c’était « rin­gard au pos­sible ». Maintenant, elle kiffe. 2018, c’est aus­si la sor­tie du Grand Bain, film sur un groupe d’hommes qui font de la nata­tion syn­chro­ni­sée, dont Philippe Katerine et Mathieu Amalric, entraî­nés par Virginie Efira[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés