fbpx
img 1680 e1655745715952
Matthieu Orphelin à gauche, à côté des scientifiques mobilisé·es © Louise Huet

« L’enjeu du cli­mat est un enjeu démo­cra­tique » : 35 scien­ti­fiques devant l’Assemblée natio­nale pour sen­si­bi­li­ser les député·es à l’urgence climatique

Lundi 20 juin, dès le len­de­main du second tour des élec­tions légis­la­tives, 35 scien­ti­fiques, des membres du col­lec­tif Pour un Réveil Écologique et de la socié­té civile se sont rendu·es devant l’Assemblée natio­nale pour for­mer les nouveau·elles député·es aux enjeux environnementaux. 

L’initiative est une pre­mière mon­diale. A par­tir du lun­di 20 juin et pen­dant trois jours, une tren­taine de scien­ti­fiques de renom accueille les nouveau·elles arrivant·es au Palais Bourbon pour les sen­si­bi­li­ser à l’urgence cli­ma­tique. C’est la pre­mière fois que des scien­ti­fiques se mettent à la dis­po­si­tion des député·es, pour des for­ma­tions express de 30 minutes en petits groupes de deux à quatre. Un pro­jet impul­sé par l’ex-député éco­lo­giste du Maine-​et-​Loire Matthieu Orphelin et le cli­ma­to­logue Christophe Cassou. 

Sous le slo­gan « #MandatClimatBiodiversité » et avec une démarche tota­le­ment apar­ti­sane, le groupe de scien­ti­fiques et les membres du col­lec­tif Pour un Réveil Écologique invitent les élu·es de toutes les for­ma­tions poli­tiques à venir les ren­con­trer aux Invalides, à côté de l’Assemblée. Leur inten­tion : trans­mettre les points clés du consen­sus sur le cli­mat et la bio­di­ver­si­té ain­si que les grandes pistes d’action pos­sibles. Pour cela, iels vont remettre des docu­ments syn­thé­ti­sant en dix points clés le 6ème rap­port du GIEC, ou lis­tant les échéances légis­la­tives à venir sur le sujet. Si les par­le­men­taires le sou­haitent, iels peuvent pour­suivre la dis­cus­sion sur des points spé­ci­fiques, au-​delà de la for­ma­tion prévue. 

IMG 1692
Le bar­num aux Invalides © L.H.
Alerter sur l’urgence

Pour lan­cer le pro­jet, Christophe Cassou a sou­li­gné, aux côtés des 17 scien­ti­fiques et chercheur·ses présent·es ce lun­di après-​midi, l’importance d’organiser un tel évé­ne­ment : « Les faits scien­ti­fiques montrent que le déni de gra­vi­té du chan­ge­ment cli­ma­tique n’est plus une option. L’ampleur du chan­ge­ment de demain, contraint par la loi phy­sique, dépend des choix d’aujourd’hui. » Pour les scien­ti­fiques présent·es, la ques­tion du cli­mat doit irri­guer chaque loi, et[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
commentaires