fbpx
cheres toutes 10 apres la pluie
© Après la pluie

Le pro­jet « Chères toutes » aus­culte la place des femmes aux Arts-​Déco

À comp­ter du 19 mai, l’École natio­nale supé­rieure des Arts Décoratifs de Paris donne la parole aux femmes de l'établissement sous la forme d’un site inter­net et de trois soi­rées radio­pho­niques. 

En lan­çant leur site, Chères toutes, le 19 mai, les quatre étudiant·es du col­lec­tif Après la pluie ain­si que l’enseignante et his­to­rienne Lucile Encrevé se donnent l’objectif de faire entendre à cha­cun la parole des femmes de l’École natio­nale supé­rieure des Arts Décoratifs (ENSAD). Une manière de par­ta­ger leur expé­rience au sein de l’institution pari­sienne mais aus­si de lut­ter contre toutes les formes de vio­lences et de dis­cri­mi­na­tions sexistes et sexuelles. Ainsi, ils et elles sont allé·es à la ren­contre d’étudiantes, d’enseignantes, de res­pon­sables d’ateliers et de membres du per­son­nel pas­sées par l’école, de 1968 à aujourd’hui.

En résulte une qua­ran­taine d’entretiens, retrans­crits sur le site Chères toutes, dans les­quels ces femmes témoignent de leur vécu lié à leur genre, au sein d’une des plus pres­ti­gieuses écoles d’art et de desi­gn. Ce lan­ce­ment s'accompagne d'un affi­chage de visuels gra­phiques sur les murs de l'école. Une ins­ti­tu­tion pou­vant se révé­ler être autant un espace de liber­té et de créa­tion qu’un ter­rain de domi­na­tion et d’oppression. « Certaines nous ont par­lé de leur épa­nouis­se­ment dans l’école mais de la dif­fi­cile visi­bi­li­té pour les femmes à la sor­tie, d’autres ont témoi­gné des vio­lences sexistes ou sexuelles qu’elles ont subi ici, sou­ligne Alexandra Piat, membre du col­lec­tif Après la pluie. Ça nous donne une diver­si­té de regards. Une manière pour les femmes de s'approprier l’école, elles qui ont si sou­vent été invi­si­bi­li­sées de son his­toire. »

Lutter contre les inéga­li­tés

Si l’ENSAD, fon­dée en 1766, accueille en son sein des femmes depuis 1802 et qu’en sep­tembre 2020, elles étaient 514 étu­diantes – soit un peu plus de 60% des effec­tifs – à faire leur ren­trée au sein de l’établissement, cer­taines for­ma­tions peinent encore à leur faire de la place. L’école ne comp­tait d’ailleurs qu’un tiers d’enseignantes en 2019. Une inéga­li­té qui s’exprime notam­ment dans le sec­teur du desi­gn gra­phique, où la majo­ri­té des professeur·es et étudiant·es sont des hommes. « Certaines étu­diantes ou ensei­gnantes ont témoi­gné res­sen­tir une gêne dans ces milieux encore très mas­cu­lins », pré­cise Alexandra Piat, d’ailleurs fraî­che­ment diplô­mée en 2020 dans ce cur­sus. 

Le pro­jet Chères toutes est par ailleurs sou­te­nu par la direc­tion de l’École natio­nale des Arts Décoratifs, qui a signé en décembre 2018 une charte pour l’égalité entre les genres, annexée depuis au règle­ment inté­rieur de l’institution. « L’ENSAD a voca­tion à être bien­veillante et inclu­sive, sou­ligne Emmanuel Tibloux, son direc­teur depuis 2018. Nous sou­te­nons le pro­jet Chères toutes afin que cela puisse ins­tau­rer un ter­rain pro­pice à la libé­ra­tion de la parole au sein de l’école. » Preuve de l’utilité du pro­jet : la direc­tion a depuis enga­gé des pro­cé­dures dis­ci­pli­naires à la suite de cer­tains entre­tiens met­tant en lumière des agres­sions et dis­cri­mi­na­tions sexistes et sexuelles. 


Soirées de lan­ce­ment

Trois soi­rées radio­pho­niques ani­mées par des étu­diantes de l’école et des membres du col­lec­tif accom­pagnent éga­le­ment le lan­ce­ment du site Chères toutes. Elles se tien­dront le 19, 20 et 21 mai à 18h et seront retrans­mises en live sur revuedecor.fr

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés