Johanna Villenave-​Chasset : la cher­cheuse qui fait mouche

Elle a un métier hors du com­mun. Johanna Villenave-​Chasset s’est spé­cia­li­sée dans l’entomologie, l’étude des insectes, et vadrouille un peu par­tout en France pour com­prendre leur impact sur les para­sites. Les agri­cul­teurs et agri­cul­trices à la recherche d’une alter­na­tive bio­lo­gique aux pes­ti­cides lui disent mer­ci. Et nous aus­si !

DSC9825 1
© William Beaucardet pour Causette

Sa pano­plie laisse rêveur·se. Un filet à papillons dans une main, un aspi­ra­teur à bouche pour col­lec­ter les petites bêtes dans l’autre, Johanna Villenave-​Chasset semble tout droit sor­tie d’un livre pour enfants. Dans les allées d’un ver­ger de la Marne, elle s’adonne à son acti­vi­té favo­rite pour le moins dérou­tante : la chasse aux insectes. La qua­ran­taine tout juste pas­sée, la Nantaise d’origine exerce comme ento­mo­lo­giste depuis douze ans pour son labo­ra­toire de recherche appli­quée, Flor’Insectes. Sa pas­sion et son métier tournent autour de l’étude des insectes. Et plus pré­ci­sé­ment des insectes auxi­liaires, les pré­da­teurs de ce monde minus­cule, capables d’éradiquer les para­sites enne­mis de tout agri­cul­teur. Les cocci­nelles sont les plus connues, mais les syrphes, sortes de petites mouches rayées, ou encore les chry­sopes, bes­tioles vertes fili­formes à quatre ailes, jouent un rôle fon­da­men­tal. Elles se régalent de puce­rons ou de coche­nilles, des rava­geurs qui peuvent détruire des cultures entières. 

Johanna Villenave-​Chasset connaît tout cela par cœur puisqu’elle conseille en ville comme à la cam­pagne les culti­va­teurs – agri­cul­teurs, viti­cul­teurs, maraî­chers, jar­di­niers – pour faire reve­nir ces auxi­liaires et ten­ter ain­si de dimi­nuer au maxi­mum la consom­ma­tion de pes­ti­cides. Elle pré­cise aus­si­tôt : « Je suis ento­mo­lo­giste et éco­lo­giste. Je cherche à com­prendre pour­quoi tel ou tel insecte est là et quels liens il entre­tient avec les pay­sages. » Quelles fleurs choi­sir ? Où pla­cer des haies ? Tant de ques­tions essen­tielles aux­quelles répondre pour que ces alliés du jar­di­nier reviennent dans les cultures et jouent leur rôle de des­truc­teurs de para­sites.

Les polé­miques crois­santes autour des effets des pes­ti­cides donnent une nou­velle enver­gure à son métier. Le gly­pho­sate, lié depuis tou­jours à l’image de l’herbicide Roundup, crée la contro­verse. Et il est loin d’être le seul. La prise de conscience s’accélère et l’entomologiste en voit les effets immé­diats : « Depuis l’interdiction des néo­ni­co­ti­noïdes [des insec­ti­cides, ndlr] en sep­tembre [2018], les agri­cul­teurs se posent de plus en plus de ques­tions. La demande est beau­coup plus impor­tante. Ça a même explo­sé. Il faut bien qu’ils trouvent d’autres moyens pour lut­ter contre les rava­geurs. » Johanna Villenave-​Chasset leur offre une alter­na­tive convain­cante, ren­for­cée par ses lumières en matière de bêtes à six pattes.

Scientifique vision­naire

Son goût pour cet uni­vers du tout-​petit, elle l’a décou­vert à la fin des années 1990, lors de ses études de bio­lo­gie à[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
hs12 trotula de salerne capture ecran anecdotes historiques.com

Trotula de Salerne : spé­cu­lum et fabliaux

Figure du Moyen Âge devenue symbole de l’invisibilisation des femmes dans l’histoire des sciences, Trotula de Salerne aurait été une brillante professeure de médecine italienne et l’autrice du premier traité de gynécologie jamais écrit.