Johanna Villenave-​Chasset : la chercheuse qui fait mouche

Elle a un métier hors du commun. Johanna Villenave-​Chasset s’est spécialisée dans l’entomologie, l’étude des insectes, et vadrouille un peu partout en France pour comprendre leur impact sur les parasites. Les agriculteurs et agricultrices à la recherche d’une alternative biologique aux pesticides lui disent merci. Et nous aussi !

DSC9825 1
© William Beaucardet pour Causette

Sa panoplie laisse rêveur·se. Un filet à papillons dans une main, un aspirateur à bouche pour collecter les petites bêtes dans l’autre, Johanna Villenave-​Chasset semble tout droit sortie d’un livre pour enfants. Dans les allées d’un verger de la Marne, elle s’adonne à son activité favorite pour le moins déroutante : la chasse aux insectes. La quarantaine tout juste passée, la Nantaise d’origine exerce comme entomologiste depuis douze ans pour son laboratoire de recherche appliquée, Flor’Insectes. Sa passion et son métier tournent autour de l’étude des insectes. Et plus précisément des insectes auxiliaires, les prédateurs de ce monde minuscule, capables d’éradiquer les parasites ennemis de tout agriculteur. Les cocci­nelles sont les plus connues, mais les syrphes, sortes de petites mouches rayées, ou encore les chrysopes, bestioles vertes filiformes à quatre ailes, jouent un rôle fondamental. Elles se régalent de pucerons ou de cochenilles, des ravageurs qui peuvent détruire des cultures entières. 

Johanna Villenave-​Chasset connaît tout cela par cœur puisqu’elle conseille en ville comme à la campagne les cultivateurs – agriculteurs, viticulteurs, maraîchers, jardiniers – pour faire revenir ces auxiliaires et tenter ainsi de diminuer au maximum la consommation de pesticides. Elle précise aussitôt : « Je suis entomologiste et écologiste. Je cherche à comprendre pourquoi tel ou tel insecte est là et quels liens il entretient avec les paysages. » Quelles fleurs choisir ? Où placer des haies ? Tant de questions essentielles auxquelles répondre pour que ces alliés du jardinier reviennent dans les cultures et jouent leur rôle de destructeurs de parasites.

Les polémiques croissantes autour des effets des pesticides donnent une nouvelle envergure à son métier. Le glyphosate, lié depuis toujours à l’image de l’herbicide Roundup, crée la controverse. Et il est loin d’être le seul. La prise de conscience s’accélère et l’entomologiste en voit les effets immédiats : « Depuis l’interdiction des néonicotinoïdes [des insecticides, ndlr] en septembre [2018], les agriculteurs se posent de plus en plus de questions. La demande est beaucoup plus importante. Ça a même explosé. Il faut bien qu’ils trouvent d’autres moyens pour lutter contre les ravageurs. » Johanna Villenave-​Chasset leur offre une alternative convaincante, renforcée par ses lumières en matière de bêtes à six pattes.

Scientifique visionnaire

Son goût pour cet univers du tout-​petit, elle l’a découvert à la fin des années 1990, lors de ses études de biologie à[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
edit dkabal causette ld 10

D’ de Kabal, le laborantin du masculin

Slameur, musicien, acteur, écrivain de 43 ans, D’ de Kabal m’a contacté pour évoquer ses « laboratoires de déconstruction et de redéfinition du masculin par l’art et le sensible ». Un intitulé à la Dali sur un sujet qui n’a rien de surréaliste.

hs12 trotula de salerne capture ecran anecdotes historiques.com

Trotula de Salerne : spéculum et fabliaux

Figure du Moyen Âge devenue symbole de l’invisibilisation des femmes dans l’histoire des sciences, Trotula de Salerne aurait été une brillante professeure de médecine italienne et l’autrice du premier traité de gynécologie jamais écrit.

cc3a9cile fatiman

Cécile Fatiman, la pasionaria haïtienne

Prêtresse vaudou, éphémère « première dame » d’Haïti, Cécile Fatiman fut l’une des protagonistes de la cérémonie de Bois-Caïman, coup d’envoi de la révolution de 1791 qui fit d’Haïti la première république noire de l’Histoire.