fbpx
n1820 1910 in the enlisted men s ward of the british military hospital in scutari turkey during the crimean war in 1855 contemporary english wood engraving
Florence Nightingale à l’hôpital militaire britannique de Scutari, en Turquie, lors de la guerre de Crimée, en 1855. © Granger Historical Picture Archive / Alamy Stock Photo

Florence Nightingale, la soi­gnante sta­tis­ti­cienne

Jeune fille de bonne famille, Florence Nightingale se devait d’être une femme au foyer res­pec­table du XIXe siècle. Mais sa voca­tion d’aider les autres cou­plée à un redou­table esprit mathé­ma­tique ont fait d’elle la fon­da­trice des soins infir­miers modernes.

Son pré­nom, Florence Nightingale le doit à sa ville de nais­sance, la capi­tale tos­cane. Sa sœur aînée s’appelle, elle, Parthénope, la déno­mi­na­tion grecque de Naples, où cette der­nière a vu le jour. Leurs parents sont des ori­gi­naux ! De for­tu­nés Britanniques qui voyagent fré­quem­ment en Europe au contact de l’intelligentsia de l’époque. Ils sont libé­raux, bien sûr. Et les petites Parthénope et Florence entendent sans cesse par­ler de poli­tique à la mai­son. Idées pro­gres­sistes à l’honneur. Papa Nightingale dis­pense donc à ses filles un niveau d’enseignement qui, à l’époque, était réser­vé aux gar­çons. Latin, grec, his­toire, phi­lo­so­phie, mathé­ma­tiques, langues modernes et musique : toute la pano­plie des têtes bien faites des jeunes gens bien nés. 

À 17 ans, en 1837, la jeune Florence a une révé­la­tion. Elle racon­te­ra plus tard, dans ses car­nets intimes, cette expé­rience mys­tique. Elle se sent appe­lée par Dieu. Il lui faut appor­ter assis­tance aux autres. Mais com­ment ? Dans l’étriquée Angleterre vic­to­rienne, elle ne sait par où accom­plir ce qu’elle consi­dère comme sa des­ti­née. « Pour une jeune femme de son milieu social, les occa­sions de tirer concrè­te­ment par­ti de ce qu’elle avait appris étaient rigou­reu­se­ment limi­tées. Dès l’adolescence, elle com­mence à se[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
cc3a9cile fatiman

Cécile Fatiman, la pasio­na­ria haï­tienne

Prêtresse vaudou, éphémère « première dame » d’Haïti, Cécile Fatiman fut l’une des protagonistes de la cérémonie de Bois-Caïman, coup d’envoi de la révolution de 1791 qui fit d’Haïti la première république noire de l’Histoire.