n1820 1910 in the enlisted men s ward of the british military hospital in scutari turkey during the crimean war in 1855 contemporary english wood engraving
Florence Nightingale à l’hôpital militaire britannique de Scutari, en Turquie, lors de la guerre de Crimée, en 1855. © Granger Historical Picture Archive / Alamy Stock Photo

Florence Nightingale, la soignante statisticienne

Jeune fille de bonne famille, Florence Nightingale se devait d’être une femme au foyer respectable du XIXe siècle. Mais sa vocation d’aider les autres couplée à un redoutable esprit mathématique ont fait d’elle la fondatrice des soins infirmiers modernes.

Son prénom, Florence Nightingale le doit à sa ville de naissance, la capitale toscane. Sa sœur aînée s’appelle, elle, Parthénope, la dénomination grecque de Naples, où cette dernière a vu le jour. Leurs parents sont des originaux ! De fortunés Britanniques qui voyagent fréquemment en Europe au contact de l’intelligentsia de l’époque. Ils sont libéraux, bien sûr. Et les petites Parthénope et Florence entendent sans cesse parler de politique à la maison. Idées progressistes à l’honneur. Papa Nightingale dispense donc à ses filles un niveau d’enseignement qui, à l’époque, était réservé aux garçons. Latin, grec, histoire, philosophie, mathématiques, langues modernes et musique : toute la panoplie des têtes bien faites des jeunes gens bien nés. 

À 17 ans, en 1837, la jeune Florence a une révélation. Elle racontera plus tard, dans ses carnets intimes, cette expérience mystique. Elle se sent appelée par Dieu. Il lui faut apporter assistance aux autres. Mais comment ? Dans l’étriquée Angleterre victorienne, elle ne sait par où accomplir ce qu’elle considère comme sa destinée. « Pour une jeune femme de son milieu social, les occasions de tirer concrètement parti de ce qu’elle avait appris étaient rigoureusement limitées. Dès l’adolescence, elle commence à se[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
hs12 zitalka wikipedia

Zitkála-​Šá, l’avocate des Amérindiens

Elle est l'une des militantes amérindiennes les plus influentes du début du XXe siècle. Oubliée des livres d’histoire, elle créa le Conseil national des Indiens d’Amérique afin de militer pour les droits civiques de son peuple.