fbpx
img 3543

Elles bougent : pour que les femmes arrêtent d'être mino­ri­taires dans le milieu de la tech

L'association Elles bougent, qui milite pour l'égalité pro­fes­sion­nelle, a orga­ni­sé une jour­née dans 30 entre­prises fran­çaises pour faire décou­vrir les métiers du numé­rique. Reportage avec des col­lé­giennes de Seine-​Saint-​Denis chez Veolia. 

Alors que Le Monde publiait hier un papier sur la faible pré­sence des femmes dans le sec­teur du numé­rique, selon lequel « pour expli­quer ce phé­no­mène, il faut remon­ter jusqu’au lycée », c’est un public consti­tué d’une quin­zaine de col­lé­giennes que Myriam Mahrez, res­pon­sable de la diver­si­té et de l'inclusion chez Veolia, conjure ce 7 avril matin de « conti­nuer à faire des maths et de la science, quel que soit votre niveau, pour ne vous fer­mer aucune porte après le bac ».  

Organisée à Aubervilliers (Seine-​Saint-​Denis), au siège de l'entreprise de ges­tion du cycle de l’eau, des déchets et de l’énergie, la ren­contre est réa­li­sée en par­te­na­riat avec Elles bougent pour le numé­rique. Amel Kefif, la direc­trice géné­rale de l’association qui a enclen­ché une soixan­taine d’opérations met­tant en lien étu­diantes et pro­fes­sion­nelles de la tech un peu par­tout en France en cette nou­velle édi­tion de la jour­née Elles bougent pour le numé­rique, se dit convain­cue de la néces­si­té d’une telle action : « On observe mal­gré tout[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Capture d’écran 2021 09 08 à 10.49.14

La com­tesse de Die, femme trou­ba­dour oubliée

À Die, dans la Drôme, un collectif de femmes se mobilise depuis plus d’un an pour replacer dans l’Histoire des figures féminines régionales. Avec comme point de départ la vie de la comtesse de Die, femme troubadour emblématique de la ville et...