christine dans sa bibliotheque lors dune interview
Christine dans sa bibliothèque lors d’une interview. © Marie Jose Jaubert

Christine Brisset, madone des squatteurs

De 1945 au milieu des années 1960, celle qu’on surnommait aussi « la fée des sans-​logis » a organisé près de huit cents squats à Angers et a fait construire des milliers de logements pour les plus démunis. Anticonformiste et résolue, elle a mené son combat coûte que coûte, avec un seul mot d’ordre : un logement pour tous.

Cinq millions. C’est le nombre de sans-​abri en France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Environ un huitième de la population de l’époque n’a plus de toit. La reconstruction est en marche, mais en attendant qu’elle se réalise, que faire des sinistrés ? Certes, l’ordonnance du 11 octobre 1945 permet aux préfets de réquisitionner les logements inoccupés, mais, à Angers (Maine-​et-​Loire), rien n’est fait. C’est Christine Brisset qui va s’en charger. Et pas qu’un peu.

Femme à poigne, têtue comme une mule, révoltée par l’injustice, elle va réussir à faire plier préfets et ministres, et par trois fois refusera la Légion d’honneur. Christine Brisset reste pourtant méconnue. De son combat acharné en faveur des sans-​logis, il reste un square qui porte son nom à Angers et un formidable documentaire de Marie-​José Jaubert (voir « Pour aller plus loin ») et de son fils unique, Jean-​Michel Arnold, qui a hérité de son élégance et de son aplomb. Pour la première fois, il a bien voulu dévoiler un peu de cette mère avec laquelle il a entretenu jusqu’au bout un rapport fusionnel. « Sa devise c’était : “Tout est pour moi, rien contre moi !” », plaisante l’ancien secrétaire général de la Cinémathèque française. Masquant mal son émotion, il enchaîne : « Étant d’origine extrêmement[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
hs12 zitalka wikipedia

Zitkála-​Šá, l’avocate des Amérindiens

Elle est l'une des militantes amérindiennes les plus influentes du début du XXe siècle. Oubliée des livres d’histoire, elle créa le Conseil national des Indiens d’Amérique afin de militer pour les droits civiques de son peuple.

toypurina page 1

Toypurina, frondeuse décoloniale

Femme-médecine réputée, Toypurina avait 25 ans lorsqu’elle guida les guerriers de plusieurs villages amérindiens, en 1785, dans une attaque contre les colons espagnols de la Mission San Gabriel, en Californie.

cc3a9cile fatiman

Cécile Fatiman, la pasionaria haïtienne

Prêtresse vaudou, éphémère « première dame » d’Haïti, Cécile Fatiman fut l’une des protagonistes de la cérémonie de Bois-Caïman, coup d’envoi de la révolution de 1791 qui fit d’Haïti la première république noire de l’Histoire.