fbpx
6d8a23ee c26f 4583 952e c6fddc1692bb
Représentation des femmes bénéficiaires du projet Re-Creation © Damien Carduner

Avec l'association Loba, la danse se fait thé­ra­pie pour les femmes vic­times de vio­lences en temps de conflit

À l’occasion de la jour­née inter­na­tio­nale pour l'élimination de la vio­lence sexuelle en temps de conflit ce 19 juin, Causette a ren­con­tré Héloïse Onumba-​Bessonnet, res­pon­sable du pro­jet artis­tique Re-​Creation. Un pro­jet ambi­tieux : uti­li­ser la danse comme outil de thé­ra­pie pour accom­pa­gner les femmes vic­times de violences. 

Pour com­prendre Re-​Creation by Loba, il faut remon­ter à sa genèse. Le co-​fondateur de l'association Loba, Bolewa Sabourin, est dan­seur franco-​congolais. En 2016, il a ren­con­tré le gyné­co­logue congo­lais Denis Mukwege, qui répare les femmes vic­times de muti­la­tions géni­tales. Le doc­teur lui a fait com­prendre que la psy­cho­thé­ra­pie clas­sique ne fonc­tion­nait pas sur ses patientes vic­times de viol de guerre. Le jeune homme a réa­li­sé que la danse pou­vait ser­vir de thé­ra­pie à ces femmes. Il a alors pro­po­sé, au Congo, des cours de danse qui étaient sui­vis de groupes de parole pen­dant des ses­sions de deux semaines. Selon le psy­cho­logue qui a enca­dré les séances, raconte Bolewa Sabourin, la parole était beau­coup plus libé­rée car les femmes avaient eu le temps de faire groupe, de faire cohé­sion, grâce à la danse. Lorsque le cho­ré­graphe retourne à Paris convain­cu par le poten­tiel de cette thé­ra­pie, il fonde le pro­jet Re-​Creation, por­té par son asso­cia­tion Loba.

f2586ca2 12db 4f35 b896 5f96f3e5d5d4
Héloïse Onumba © DR

Depuis, l'association s'est notam­ment spé­cia­li­sée sur les vio­lences sexuelles en temps de conflit. À l'occasion de la jour­née mon­diale de lutte contre les viols de guerre, Loba orga­nise le 22 juin une confé­rence “Femmes & san­té men­tale”, qui trai­te­ra de ce sujet. Rencontre avec la res­pon­sable du pro­jet Re-​Creation, Héloïse Onumba-Bessonnet. 

Causette : Pouvez-​vous vous pré­sen­ter ? Comment en êtes-​vous venue à tra­vailler pour l’association Loba ?
Héloïse Onumba-​Bessonnet : Je suis vic­ti­mo­logue, Franco-​congolaise, spé­cia­li­sée sur les vio­lences de genre en temps de conflit, surtout[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
commentaires