fbpx

Amélie Lange, ser­ru­rière : « J’aide les femmes à pro­té­ger ce qu’elles ont de précieux »

Après vingt ans dans la com et la pub, Amélie Lange s’est lan­cée dans la serrurerie-​dépannage. « Comme Fantômette », dit-​elle, elle part à l’aventure jour et nuit pour per­cer les énigmes des portes blo­quées et aider ses clientes à se sen­tir en sécu­ri­té chez elles.

serrurière
©Camille Besse

"Ça s’est fait après une recon­ver­sion, à 40 ans. J’avais com­men­cé dans la com à 20 ans. Et j’étais direc­trice de créa­tion dans la pub depuis mes 30 ans. On ima­gi­nait des cam­pagnes pour des marques comme L’Oréal, Le Crédit Agricole, Volkswagen et même… les crêpes Whaou ! L’idée de la ser­ru­re­rie est venue pen­dant le confi­ne­ment. Une voi­sine de palier n’arrivait plus à entrer chez elle à 23 h 30. Tous les mecs de l’immeuble ont ten­té d’ouvrir la porte, mais n’y arri­vaient pas. J’y suis allée hyper dou­ce­ment et c’est fina­le­ment moi qui ai réus­si. Le sou­la­ge­ment sur son visage m’a mar­quée. Il y avait une gra­ti­tude immé­diate de l’ordre de “Wonder Woman a ouvert ma porte !” Ça contras­tait avec mon bou­lot où tu don­nais tout, dans des délais infer­naux, sans jamais avoir de reconnaissance.

À cause du Covid, mon entre­prise a pro­po­sé une rup­ture conven­tion­nelle col­lec­tive, avec une pos­si­bi­li­té de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés