fbpx
112 clinique des soignants 4 ∏Mehdi Chebil pour Causette
Le Dr Yves Kossovsky, psychiatre à l’origine de la création de PsyPro, lors d’une consultation. © Mehdi Chebil

À Villeurbanne, une cli­nique pour les soignant·es en souffrance

L’épidémie de coro­na­vi­rus a remis en lumière le manque de moyens que les soignant·es français·es dénoncent depuis des années. Cadences infer­nales, sen­ti­ment d’échec, perte de sens…, nombreux·euses souffrent de burn-​out ou de mal-​être au tra­vail. À Villeurbanne, PsyPro consacre une jour­née par semaine à ces malades pas comme les autres.

Chloé* arrive sou­vent en avance à ses rendez-​vous à la cli­nique. Ouverte en jan­vier 2019 à Villeurbanne (Rhône), PsyPro accueille des patient·es malades du tra­vail venu·es de tous les milieux pro­fes­sion­nels. Mais chaque mar­di, l’équipe enca­drante se consacre spé­ci­fi­que­ment aux soignant·es en souffrance.

Chloé patiente dans la petite biblio­thèque aux murs oran­gés de cette uni­té de soins de jour et se plonge dans un livre. Une acti­vi­té ano­dine, impos­sible il y a encore quelques mois pour cette aide-​soignante de 38 ans, che­veux châ­tains atta­chés en queue-​de-​cheval et long gilet beige. « Avant, je ne lisais jamais. Maintenant, je prends le temps de vivre », raconte-​t-​elle avec fierté. 

Des malades à part

Aide-​soignante dans un hôpi­tal public de la région lyon­naise, Chloé a com­men­cé à fré­quen­ter la cli­nique en mars 2019, après un burn-​out. Anéantie par un métier qu’elle adore et qu’elle n’a pas pu reprendre depuis. Comme Chloé, ils et elles sont 265 soignant·es à avoir été pris·es en charge depuis l’ouver­ture de l’établissement. Si une jour­née leur est réser­vée chaque semaine, c’est parce que ces patient·es ne sont pas des malades comme les autres. Soumis·es à des rythmes de tra­vail de plus en plus intenses, ils·elles sont en pre­mière ligne face aux risques d’épuisement pro­fes­sion­nel. Pourtant, le burn-​out reste tabou dans cette pro­fes­sion. « Quand on est soi­gnant, on est cen­sé ne pas cra­quer, on doit être fort. […] Ils sont là pour soi­gner, pour gué­rir, donc la ques­tion de l’impuissance et des limites de soi est quelque chose de très dif­fi­cile à abor­der », explique Stéphanie Lassalle, psy­cho­logue à PsyPro.

112 clinique des soignants 3 ∏Mehdi Chebil pour Causette
Chloé*, dans la petite biblio­thè­quede la cli­nique. Aide-​soignante, elle a com­men­cé à fré­quen­ter la cli­nique après un burn-​out en mars 2019. © Mehdi Chebil

Pour les aider à s’accepter comme[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Capture d’écran 2021 09 08 à 10.49.14

La com­tesse de Die, femme trou­ba­dour oubliée

À Die, dans la Drôme, un collectif de femmes se mobilise depuis plus d’un an pour replacer dans l’Histoire des figures féminines régionales. Avec comme point de départ la vie de la comtesse de Die, femme troubadour emblématique de la ville et...