Advertisement

Judith Duportail : il faut « réclamer un droit politique aux émotions »

Dans Dating Fatigue, la journaliste et autrice Judith Duportail démontre à partir de ses expériences perso en quoi la culture du dating peut polluer nos relations romantiques. Elle nous a expliqué pourquoi elle déteste l’expression « voir quelqu’un » et adore le concept « hétéra ».

Judith Duportail © Audrey Dufer
Judith Duportail © Audrey Dufer

Causette : Qu’est-ce qu’il y a de plus fatiguant dans la « culture du dating » ?
Judith Duportail : Le cynisme avec lequel on est sommés de se conduire en matière de relations amoureuses aujourd’hui. Il y a comme un mur érigé entre « les gens qu’on aime », comme nos amis, notre famille, et « les gens qu’on date », que l’on tient à distance pour qu’ils ne s’attachent pas ou pour « se protéger ». Cela donne des situations que je trouve aberrantes, tu peux faire l’amour régulièrement avec quelqu’un, mais trouver honteux par exemple de lui demander de l’aide pour déménager. Je trouve ça triste et dommage. J’ai surtout choisi d’écrire Dating Fatigue, car à un certain moment de ma vie, je me suis sentie trahie non pas par un homme, mais par l’amour et le masculin en général. Alors que je vivais un événement personnel très douloureux, la société prenait conscience du sexisme avec #MeToo. Tous les jours, le nouveau scandale d’un nouvel homme qui avait abusé de son pouvoir ou abusé d’une femme me faisait fait me demander : « Et si au fond, les hommes avaient tous quelque chose à se reprocher ? » Ça n’a jamais été ce que je pensais consciemment, avec mon cerveau, mais c’est hélas parfois une pensée qui étreignait mon cœur. Pourtant, je continuais d’avoir envie de rencontrer des hommes, de tomber amoureuse, de partir en week-​end en Italie ! Le mélange de cette peur et de ce désir, ça aussi, c’est épuisant.

Est-​ce notamment pour ça que vous détestez l’expression « voir quelqu’un » ?
J. D. : J’explique dans Dating Fatigue pourquoi cette expression m’exaspère. Déjà, c’est une mauvaise traduction de « seeing someone », en anglais. Cet euphémisme de « voir » pour dire coucher, je le trouve insupportable. C’est pour moi un symptôme de comment on ne[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés