fbpx

IST : convaincre sur le pré­ser­va­tif, un sport d'endurance

Militant de la lutte contre le sida, le Dr Kpote inter­vient depuis une ving­taine d’années dans les lycées et centres d’apprentissage d’Île-de-France comme « ani­ma­teur de pré­ven­tion ». Il ren­contre des dizaines de jeunes avec lesquel·les il échange sur la sexua­li­té et les conduites addic­tives.
Ici, le Dr Kpote raconte la dif­fi­cul­té du métier de pré­ven­tion à faire entendre aux lycéen·nes que le pré­ser­va­tif peut les sau­ver d'infections sexuel­le­ment trans­mis­sibles bénignes… Autant que du Sida.

kpote92
© F.Thielking /​Plainpicture

Le 18 juillet, Santé publique France a publié une étude inquié­tante démon­trant une mul­ti­pli­ca­tion par trois des IST (infec­tions sexuel­le­ment trans­mis­sibles) entre 2012 et 2016. Le chla­my­dia, bac­té­rie qui kiffe les ados, et les infec­tions à gono­coques, plus connues sous la déno­mi­na­tion fort élo­quente de « chaude-​pisse », sont par­ti­cu­liè­re­ment visées. Selon les infor­ma­tions trai­tées, la tranche d’âge la plus tou­chée est celle des 15–24 ans, les jeunes femmes étant les plus expo­sées. Cerise sur le tré­po­nème (bac­té­rie res­pon­sable de la syphi­lis pour les non-averti·es), on peut aus­si évo­quer le grand retour de la vérole (autre petit nom de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
112 katy yerle kourtney roy

Aux femmes, citoyens !

Les libérations de juin passent et ne se ressemblent pas. Aujourd’hui, ce ne sont pas des troupes alliées qui défilent à travers le pays, mais une marée humaine masquée, chantante et féminine.