fbpx
Capture d’écran 2022 05 27 à 12.31.35
©Eugénie Lavenant pour Causette

Crises poli­tiques : les bien­faits de la colère

Longtemps décriée, la colère s’incarne aujourd’hui en de nou­velles figures : des Gilets jaunes aux fémi­nistes en pas­sant par les soignant·es ou les jeunes pour le cli­mat, ses excès sont-​ils mieux accep­tés ? Deux vibrants essais rendent ce mois-​ci hom­mage à ce noble courroux.

Comme une envie de tout cra­mer. Si l’époque devait se résu­mer en un émo­ji, ce serait sans doute l’icône ins­pi­rée du Cri de Munch. Ou peut-​être une bombe. Dresser la liste des rai­sons de nos colères contem­po­raines donne le ver­tige. Hôpital à bout de souffle, mon­tée des extrêmes, réchauf­fe­ment cli­ma­tique, fémi­ni­cides, Covid… En octobre 2021, 30 % d’entre nous n’hésitaient pas à se défi­nir, d’abord et avant tout, « en colère » ou car­ré­ment « révol­tés » selon l’enquête élec­to­rale 2022 de la Fondation Jean-Jaurès. 

S’il existe depuis long­temps des « anger rooms » qui offrent la pos­si­bi­li­té, moyen­nant quelques deniers, de se défou­ler en détrui­sant une pièce meu­blée et pré­vue à cet effet, cette année, aux États-​Unis, des mères épui­sées par le Covid et par la charge men­tale ont orga­ni­sé des réunions per­met­tant de voci­fé­rer en groupe, appe­lées « Mom screams ». « La colère n’est plus réser­vée à des fac­tions ou à un grou­pus­cule qui s’énerve et que l’on poin­te­rait du doigt. Tout le monde est concer­né, c’est deve­nu inévi­table », affirme Taous Merakchi, autrice de l’ouvrage Vénère. Être une femme en colère dans un monde d’hommes, publié en même temps que Le Visage de nos colères, de la phi­lo­sophe Sophie Galabru. Deux essais qui reva­lo­risent cet élan trop sou­vent décrié.

« La colère n’est plus réser­vée à des fac­tions. Tout le monde est concer­né, c’est deve­nu inévitable. »

Taous Merakchi, autrice de l’ouvrage[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
MAGNUM.LON92084

Ado + dol­to = vomito

OK, la quatrième est une classe charnière. Mais nous sommes prêts. Fiston reçoit une éducation parfumée aux Françoise (Dolto et Héritier)…