fbpx
Capture d’écran 2021 05 18 à 18.42.17

Crise sani­taire : com­ment remettre des paillettes dans nos vies ?

Dieu que la tra­ver­sée est longue ! Plus d’un an déjà que nos vies sont confi­nées, rétré­cies, ter­nies. Quand elles ne sont pas meur­tries.
Alors chez Causette, on s’est retrous­sé les manches pour par­ti­ci­per, à notre niveau, à l’effort col­lec­tif, pour vous redon­ner goût à la vie et confiance en l’avenir (oui, c’est aus­si notre slo­gan pour 2022).
Nous avons ten­du notre micro vir­tuel à des artistes, écrivain·es, cinéastes, humo­ristes et autres tru­blions sachant savou­rer les petits riens de l’existence et subli­mer le quo­ti­dien afin qu’ils et elles nous livrent leurs astuces pour refaire scin­tiller nos vies. 

Déroulez en cli­quant sur l'icone + pour les lire !

Sophie Fontanel, journaliste

Son compte Instagram est un concen­tré de bonne humeur. Journaliste, influen­ceuse et écri­vaine sans filtre, elle a plus d’une corde à son arc.

« La dou­ceur fait que je peux m’émerveiller. Le bon­heur ne peut pas se défaire d’une part d’indulgence. Indulgence envers les autres et envers soi-​même. L’autre jour, j’avais un rendez-​vous dans Paris. Eh bien, dans la rue, l’architecture des fenêtres était tel­le­ment belle que j’ai osé le déca­ler pour m’accorder trois quarts d’heure de flâ­ne­rie, en essayant de me sou­ve­nir du temps où j’étudiais… 
Pour être heu­reuse, aus­si, je range. Faire le tri, c’est se libé­rer des strates de nous que nous avons entas­sées et qui ne sont plus nous. Je “range” aus­si ma jour­née. En par­ti­cu­lier, les moments où je touche au télé­phone. Ils sont rem­pla­cés par la lit­té­ra­ture. Je la garde à por­tée de main. Il y a le Journal de Delacroix à côté de mon lit. Je tra­vaille beau­coup le dimanche pour avoir le sen­ti­ment d’avoir volé le lun­di à l’ordre du temps. Et à 18 heures, j’imagine qu’une porte s’ouvre. Un temps à moi. Je mets une sublime robe un peu longue, je suis pieds nus et je fais comme si j’étais en ter­rasse. Je dresse la table, avec de la très jolie vais­selle genre coque­tiers en argent trou­vés sur Le Bon Coin. 
Quand j’ai un énorme coup de mou, j’achète des fleurs – des ané­mones, un truc pas cher, mais royal –, je mets le corps au repos et je me lis des Agatha Christie. Quand le cer­veau trouve ce qui ne va pas dans le roman en dénouant l’intrigue, je trouve ce qui ne va pas en moi. Il y a aus­si les Notes de che­vet, de Sei Shonagon. Elle vivait au Japon au Xe siècle et fai­sait des listes de tout ce qu’elle remar­quait. Du type “choses qu’on ne peut pas regar­der deux fois sans pouf­fer de rire”. Ces listes qui viennent d’un pas­sé si loin­tain aident à rela­ti­vi­ser notre époque. 
Changer ses draps, enfin. Ça coûte rien ! Et un drap de lit blanc c’est sensationnel ! » 

Sébastien Tellier, musicien

Le musi­cien le plus bar­ré de France a sor­ti, début 2020, Domesticated : un album très paillettes-​Covid pour s’émerveiller de la « vie domes­tique ».

« On a beau tordre la réflexion dans tous les sens, ce dont on a besoin en ce moment, c’est d’amour. Aimer et être aimé. Ça passe par des petites atten­tions : offrir un jouet, des cartes Pokémon à ses enfants. Entre adultes, ten­ter d’obtenir du gla­mour. Mettre un peu de Marvin Gaye ou de Snoop Dogg – il a un côté hyper sen­suel que j’aime bien. En dehors de l’amour, la drogue et l’alcool peuvent beau­coup de choses : un peu de bois­son, pas de réflexion et la joie peut naître ! 
Il y a aus­si des véri­tés dans des trucs archi quo­ti­diens. En réflé­chis­sant à la vie domes­tique, j’ai com­men­cé à trou­ver le liquide vais­selle beau. À un moment, j’en avais un jaune fluo bien épais. Cette trans­pa­rence colo­rée… Il me fai­sait rêver, comme les yoyos fluos de quand j’étais petit. Dans la salle de bains aus­si, les jolis fla­cons rem­plis de jolis liquides. On peut prendre un plai­sir fou à admi­rer tout ça. À consta­ter que son salon est bien ran­gé, puis s’allonger sur son canap. 
Descendre un paquet de Pim’s. Penser à des choses plus grandes. Quand le robot s’est posé sur Mars [la sonde Perseverance, le 18 février, ndlr], j’ai pas­sé une super soi­rée. Réfléchir au cos­mos, réa­li­ser que l’univers conti­nue de gran­dir, qu’il y a des trous noirs… Ça crée un espace de noblesse dans l’esprit, même si on est fri­voles par ailleurs. 
Pour fon­der un monde post-​Covid plus heu­reux, plu­sieurs pro­po­si­tions pour ter­mi­ner : que les Daft Punk se reforment. Que le Club Med soit gra­tuit. Les cam­pings aus­si. Les sucre­ries et le cho­co­lat aus­si. Et qu’on arrête enfin d’être pressés. » 

Mardi noir, psy youtubeuse

Qui de mieux que Madame « Psychanalyse-​toi la face » sur YouTube pour nous aider à com­prendre la période que l’on tra­verse ? Elle vient de sor­tir un livre, Êtes-​vous bien sûr d’être nor­mal ? (éd. Flammarion), qui parle du poids des conven­tions. Idéal en ces temps où tout semble cul par-​dessus tête. 

« Ça me fait mar­rer de pen­ser aux paillettes parce que je suis au bout de ma vie depuis des mois ! En ce moment, je trouve mon bon­heur dans la trans­gres­sion des inter­dits et le contour­ne­ment des règles. Aller chez une pote le ven­dre­di juste avant 18 heures et y res­ter tout le week-​end. Et dans le “click and col­lect” de petits plats des res­tos du quar­tier aus­si ! Même si je pré­fé­re­rais lar­ge­ment consom­mer sur place. La bouffe a quand même pris une place cen­trale ces der­niers mois. Fini le hou­mous en bar­quette, main­te­nant, on pré­pare des bons petits plats quand on se retrouve entre potes. Quand je suis seule, je ne lésine pas sur les saveurs non plus. À défaut de pou­voir s’embrasser, misons sur les plai­sirs de la bouche. 
Je m’achète aus­si plein de fleurs, comme des orchi­dées un peu étranges et véné­neuses, pour habiller mon inté­rieur. Je suis une grosse fêtarde en temps nor­mal : j’avais l’habitude de sor­tir un soir sur deux. Au pre­mier confi­ne­ment, j’y allais fran­co sur le mau­vais rouge de Franprix et je me suis un peu fait peur. J’ai rem­pla­cé par un grand bol de Ricoré au lait devant la télé. Figurez-​vous que ça me fait beau­coup de bien ce truc, ça me calme. Je bois tou­jours de l’alcool, mais je me concentre sur la qua­li­té, en gros, ce que j’achète chez mon caviste. Les petits com­merces, c’est vrai­ment mon refuge. Je peux y res­ter un long moment pour taper la dis­cute. Je sais plein de trucs sur la ges­tion des stocks, les aides… Dès que je sens qu’il y a une ouver­ture pour papo­ter, pour râler ensemble ou pour se sou­hai­ter bon cou­rage, je fonce. » 

David Foenkinos, romancier

Romancier, Goncourt des lycéens 2014, il a publié, en 2020, un roman sur l’ennui (La Famille Martin, éd. Gallimard). Il sait donc for­cé­ment com­ment le tuer !

« Une seule phrase pour le moment pour mettre des paillettes : se désa­bon­ner de Netflix. Ou alors voya­ger n’importe où, prendre n’importe quel train.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
115 kpote wojtas karolina

Requiem for a LOL

Ce mois-ci, Dr Kpote s’interroge sur la colère de la société contre l’utilisation par les jeunes du protoxyde d’azote à des fins récréatives.

HS5 Kpote

En 2030, enlarge your clito

Dystopie. En 2030, au lycée Christiane Taubira, la génération de filles nées lors de l'apparition du clito 3D tiendra tête aux garçons dans la course de qui a le·la plus gros·se. Pourtant, il leur faudra l'autorisation d'un tuteur pour avorter.