fbpx

Au jeu des poils qui grattent, l'inégalité hommes-​femmes perdure

Militant de la lutte contre le sida, le Dr Kpote inter­vient depuis une ving­taine d’années dans les lycées et centres d’apprentissage d’Île-de-France comme « ani­ma­teur de pré­ven­tion ». Il ­ren­contre des dizaines de jeunes avec lesquel·les il échange sur la sexua­li­té et les conduites addic­tives. 
Ici, Dr Kpote ques­tionne avec les ados l'injonction faite aux filles de s'épiler quand les mecs peuvent arbo­rer une pilo­si­té en toute liberté.

113 kpote laura lafon pour causette
© Laura Lafon pour Causette

Les poils sont des mil­liards à ago­ni­ser au fond des bondes sans que per­sonne s’en émeuve vrai­ment. Pas une manif pour sour­cils muti­lés, pas une asso­cia­tion de défense du pubis déna­tu­ré ! Et pour­tant, qu’ils ciblent ceux des ­ais­selles, des jambes ou du bas-​ventre, les poili­cides sont en nette aug­men­ta­tion à l’appel de la bron­zette. Cette année, les poils ont bien failli échap­per au géno­cide d’été. En effet, pen­dant les deux mois de répit confi­né, ils avaient retrou­vé un sem­blant de liber­té, dis­tan­ciés des dik­tats esthé­tiques et des pres­sions nor­ma­tives. Au jeu des poils qui grattent, l’inégalité per­dure, puisque ceux des femmes sont net­te­ment plus sur­veillés, sym­bole d’une viri­li­té que les mecs ne sau­raient par­ta­ger. Et même si les pre­mières sont de plus en plus nom­breuses à affi­cher leurs ais­selles poi­lues, leurs détrac­teurs dénoncent la rus­ti­ci­té de leur choix.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
chuttersnap xNCRkHVEqMY unsplash

Bonne année sa maire

On ne naît pas maire, on le devient. C’est ce que dit ma copine Julie, qui se présente aux élections municipales. Et elle fait grincer beaucoup de dents…