Antihomophobie : les campagnes pourries, ça suffit !

Militant de la lutte contre le sida, le Dr Kpote intervient depuis une vingtaine d’années dans les lycées et centres d’apprentissage d’Île-de-France comme « animateur de prévention ». Il rencontre des dizaines de jeunes avec lesquel·les il échange sur la sexualité et les conduites addictives.

98 kpote © Carolina Aguero
© Carolina Aguero

Pink washing ou réelle volonté de coller à son époque, la télé visibilise de plus en plus les homosexuel·les. Toutefois, à l’image d’Eric dans Sex Education, les scénarios ont du mal à s’affranchir des stéréotypes et pour ne pas trop déboussoler les téléspectateurs dans leur orientation, on leur sert sur un plateau des folles en combinaison panthère. Mais qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’exposition. Le Glaad (Gay and Lesbian Alliance Against Defamation), qui étudie la représentation des LGBT dans les séries américaines, signalait qu’en 2018, sur les 857 personnages réguliers des séries diffusées aux heures de grande écoute, 75 avaient été identifiés comme gays, lesbiennes, bisexuels, transgenres ou queer, soit 8,8 %. C’est le pourcentage le plus élevé depuis quatorze ans. Mais si la télé se « gay-​friendlyse », c’est moins vrai à l’extérieur du plasma. Pour[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
MG 4618 3

Radio Sexe : ni queue ni tête

Dans le talk-show Radio Sexe, de jeunes auditeurs présélectionnés exposent leurs problèmes de cul. Mais force est de constater que l’équipe d'animateurs est loin de maîtriser son sujet.