fbpx
assemble nationale
©AT

Violences sexuelles : à l’Assemblée, le prin­cipe de non consen­te­ment jusqu'à 15 ans adop­té à l'unanimité

Quatre semaines après le vote en pre­mière lec­ture d’une pro­po­si­tion de loi cen­triste au Sénat, l’Assemblée natio­nale a voté en pre­mière lec­ture ce 18 février un autre texte allant plus loin sur la réponse pénale contre les vio­lences sexuelles faites aux mineurs. Portée par la dépu­tée socia­liste Isabelle Santiago, il pro­pose de fixer le seuil d’âge de non-​consentement à 15 ans, 18 en cas d’inceste.

Dernière minute /​/​/​18/​02/​21 19h20 : La pro­po­si­tion de loi visant à ren­for­cer la pro­tec­tion des mineurs vic­times de vio­lences sexuelles a été adop­tée à l'unanimité par l'Assemblée natio­nale. L'amendement sur l'écart d'âge deman­dé par la majo­ri­té a été reje­té.

« Rien n’est plus puis­sant qu’une idée dont l’heure est venue. » Isabelle Santiago a choi­si de citer Victor Hugo pour sa pre­mière fois en tant que rap­por­teure à la tri­bune de l’Assemblée natio­nale ce 18 février. « Cette pro­po­si­tion de loi dépo­sée en décembre était peut-​être au rendez-​vous de l’histoire sans le savoir », a pour­sui­vi la dépu­tée socia­liste du Val de Marne. « Sans le savoir » car avant la paru­tion de La Familia grande de[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés