fbpx
Tenon
© A.C.

Violences gyné­co­lo­giques à l'Hôpital Tenon à Paris : les vic­times sortent du silence pour que « la honte change de côté »

Mise à jour, 8 octobre 2021 : dans un com­mu­ni­qué de presse, l'AP-HP et la Sorbonne (où enseigne Emile Daraï) ont annon­cé que l'enquête interne dili­gen­tée le 20 sep­tembre serait ren­due à la fin du mois d'octobre, une fois tous les entre­tiens menés. Le 4 octobre, la mis­sion d'enquête a pro­po­sé à l'association Stop VOG (pour vio­lences obs­té­tri­cales et gyné­co­lo­giques) de lui four­nir les témoi­gnages qu'elle a elle-​même recueillis. Le chef de ser­vice et pro­fes­seur a lui été sus­pen­du de ses fonc­tions afin d'assurer le bon dérou­le­ment de l'enquête. Enfin, l'AP-HP pré­pare l'élaboration d'une charte de bonnes pra­tiques vis-​à-​vis des patient·es.

Depuis plu­sieurs jours, de nom­breux témoi­gnages signalent les pra­tiques vio­lentes du chef du ser­vice de gyné­co­lo­gie de l'Hôpital Tenon, dans le 20e arron­dis­se­ment de Paris, grand spé­cia­liste de l'endométriose. Clémence, qui a vécu une consul­ta­tion désas­treuse avec le Pr. et s'est recon­nue dans les témoi­gnages révé­lés sur les réseaux sociaux puis dans la presse, raconte à Causette.

« Il a été hyper violent dans ses gestes. Je me sou­viens être ren­trée chez moi en pleu­rant. » Comme plu­sieurs femmes, Clémence1 a vécu une[…]

  1. Son pré­nom a été modi­fié[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
216147 France Danemark Feminine   Match amical  avril 2019

Celles qui vont faire le show

Cette sélection de onze joueuses, établie d’après les différentes équipes alignées par la coach lors des derniers matchs amicaux et deux ou trois « paris » de Causette, devrait se retrouver sur le terrain.