fbpx

Un·e Français·e sur dix déclare avoir été vic­time d’inceste

En cette jour­née du 20 novembre qui célèbre les droits de l’enfant, AIVI, asso­cia­tion de pro­tec­tion de l’enfance, change de nom et devient Face à l’inceste. Un acte sym­bo­lique pour ce fléau qui est deve­nu, selon les mots de sa fon­da­trice, « un scan­dale de san­té publique ».

campagne contenement
© Face à l'inceste

« On s’est ren­du compte qu’il n’y a rien de mieux qu’un acro­nyme pour dis­si­mu­ler quelque chose. Alors que pour lut­ter contre quelque chose, il faut com­men­cer par le nom­mer. » Depuis vingt ans, Isabelle Aubry lutte contre les ravages de l’inceste à tra­vers AIVI (Association inter­na­tio­nale des vic­times de l’inceste), l’association de pro­tec­tion de l’enfance qu’elle a fon­dée à la fin de l’année 2000. À l’occasion de la Journée inter­na­tio­nale des droits de l’enfant, ce 20 novembre, la fon­da­trice, elle-​même vic­time d’inceste dans sa jeu­nesse, a déci­dé – encore une fois – d’agir. À com­men­cer par le chan­ge­ment d’appellation de sa struc­ture. Exit donc l’AIVI rebap­ti­sée, à comp­ter d’aujourd’hui, en un plus expli­cite « Face à l’inceste ». Un acte sym­bo­lique, certes, mais qui ne doit pas être consi­dé­ré comme une modi­fi­ca­tion pure­ment esthé­tique. « L’inceste est encore très tabou dans notre socié­té, déve­loppe Isabelle Aubry. On parle de “vio­lences sexuelles intra­fa­mi­liales”, de “pédo­phi­lie”, mais on ne nomme pas le mot exact. Il faut des cam­pagnes d’information et de sen­si­bi­li­sa­tion avec le mot inceste dedans. Cela par­ti­cipe à ouvrir le débat. Nous, ce qu’on dit au gou­ver­ne­ment, c’est : “Dites le mot et vous aide­rez à libé­rer la parole”. »

Car, outre son rôle d’information et d’entraide entre vic­times, Face à l’inceste pour­suit un objec­tif autre­ment plus ambi­tieux : celui d’obtenir un plan de lutte et de pré­ven­tion de la part de l’État, pour­vu de « moyens concrets ». Une mis­sion qui se heurte au carac­tère sacré de la cel­lule fami­liale. « Le gou­ver­ne­ment a lan­cé une com­mis­sion sur la pédo­cri­mi­na­li­té et les vio­lences sexuelles [Le secré­taire d’État char­gé de l’Enfance et des Familles, Adrien Taquet, s’apprête à lan­cer une com­mis­sion sur les vio­lences faites aux enfants, ndlr]. Encore une fois, l’inceste est le grand oublié de la dis­cus­sion, déplore Isabelle Aubry. La socié­té est com­po­sée de familles, et l’inceste remet en cause la struc­ture même de cette ins­ti­tu­tion. Et lorsqu’on touche aux ins­ti­tu­tions, on a immé­dia­te­ment affaire à un mur. » Pourtant, l’inceste est deve­nu bien plus qu’un fléau de san­té publique, « C’est désor­mais un véri­table scan­dale de san­té publique », se révolte Isabelle. L’association Face à l’inceste vient d’ailleurs de publier une enquête avec l’institut Ipsos sur ce sujet dou­lou­reux, qui dévoile un chiffre sidé­rant : 6,7 mil­lions de Français·es seraient ou auraient été vic­times d’actes inces­tueux. Soit un·e français·e sur dix. Un drame qui touche toutes les strates de la socié­té et tous les milieux socio­pro­fes­sion­nels.

« La France est encore à l'âge de pierre »

Isabelle Aubry, fon­da­trice de l'association Face à l'inceste

Pourtant, les choses par­viennent à évo­luer. Lentement. Au cours des quinze der­nières années, la lutte contre l’inceste a ain­si rem­por­té quelques vic­toires, en par­tie grâce à la mobi­li­sa­tion de l’association. Un cer­tain nombre de mesures – « celles qui coûtent le moins d’argent évi­dem­ment », iro­nise Isabelle Aubry – ont ain­si fait leur entrée dans la loi fran­çaise. Citons, par exemple, l’allongement de la pres­crip­tion – éta­bli à vingt ans après la majo­ri­té, contre dix ans aupa­ra­vant –, la prise en charge médi­cale à 100 % des vic­times ou, bien enten­du, l’insertion pour les mineurs du terme « inceste » dans le Code pénal, obte­nu dans le cadre de la loi du 14 mars 2016 sur la pro­tec­tion de l’enfance. Des avan­cées notables, mais pas la pana­cée. « À l’heure actuelle, rece­voir de l’aide est un vrai par­cours du com­bat­tant pour les vic­times, insiste la mili­tante. Il n’y a pas de diag­nos­tic de soins pré­vu pour elles, aucun plan concret pour les actes d’inceste sur les enfants. Pas de prise en compte, pas de pro­to­cole, rien. Sur ce sujet, la France est encore à l’âge de pierre. »

Lire aus­si : « Ou peut-​être une nuit » : le pod­cast qui libère la parole sur l’inceste

Il faut dire que l’inceste trône en bonne place au pan­théon des tabous de la socié­té. Frappé du sceau de l’évidence pour une immense majo­ri­té de citoyen·nes, il est éton­nant de décou­vrir qu’il n’en est pas de même au regard de la loi. Avant de faire son entrée dans le Code pénal en 2016, le mot était ain­si tota­le­ment absent de la juri­dic­tion fran­çaise. Une situa­tion qui nous rap­proche de nos voi­sins espa­gnols et por­tu­gais, au contraire des Allemands ou encore des Suisses, pour qui ces rela­tions sont pas­sibles d’emprisonnement. De quoi ali­men­ter le débat lorsque les der­niers chiffres four­nis par l’association Face à l’inceste – au terme de l’enquête réa­li­sée par Ipsos – démontrent que 32 % des Français·es déclarent connaître au moins une vic­time d’inceste, et que, selon Isabelle Aubry, le risque de sui­cide chez ces vic­times serait « mul­ti­plié par quinze ».

En atten­dant une éven­tuelle prise en main du dos­sier par les ins­ti­tu­tions poli­tiques, Face à l’inceste pour­suit son com­bat, à son niveau. Les quinze membres béné­voles de l’association ont ain­si lan­cé, dans le même temps que leur nou­veau site inter­net, le hash­tag #Faceàl’inceste ce 20 novembre sur les réseaux sociaux et une péti­tion sur Change.org concer­nant l’abolition de la loi sur le consen­te­ment des mineurs. « Tout acte sexuel inces­tueux sur mineur de 0 à 18 ans doit être qua­li­fié de crime inces­tueux et puni par la loi sans qu’un hypo­thé­tique “consen­te­ment” de la vic­time ne soit exa­mi­né », réclame Isabelle avec insis­tance.

« La parole se libère depuis le mou­ve­ment #MeToo. Les vic­times veulent en par­ler, mais il faut que la socié­té soit prête à entendre ce qu’elles ont à dire », conclut Isabelle. Une chose est sûre, les téléspectateur·rices devront y faire face très pro­chai­ne­ment : une cam­pagne publi­ci­taire de sen­si­bi­li­sa­tion sur l’inceste va en effet faire son appa­ri­tion dès le mois de décembre.

Lire aus­si : Violences faites aux enfants : les Français·es doivent prendre le réflexe d’appeler le 119

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés