fbpx
multicolored flag
Photo by daniel james

Sénat : une pro­po­si­tion de loi « sym­bo­lique » pour la répa­ra­tion des per­sonnes condam­nées pour homosexualité

Le séna­teur PS de l'Hérault Hussein Bourgi dépo­se­ra ce same­di une pro­po­si­tion de loi por­tant répa­ra­tion des per­sonnes condam­nées pour homo­sexua­li­té entre 1942 et 1982 en France. L'élu, ouver­te­ment gay, se confie à Causette sur la genèse de ce texte. 

Quarante ans après, les per­sonnes LGBT+ attendent tou­jours jus­tice et répa­ra­tion. Le 4 août 1982, sous la pré­si­dence de François Mitterrand qui en avait fait la pro­messe, une loi met fin à une dis­po­si­tion prise elle-​même qua­rante ans plus tôt, en 1942, sous Vichy, condam­nant les rela­tions homo­sexuelles avec une per­sonne âgée de moins de 21 ans. Une vic­toire face à « une légis­la­tion scé­lé­rate », comme la qua­li­fie le séna­teur PS de l'Hérault Hussein Bourgi, qui pro­fite de l'anniversaire du texte pour annon­cer une pro­po­si­tion de loi « sym­bo­lique », por­tant répa­ra­tion des per­sonnes condam­nées pour homo­sexua­li­té entre 1942 et 1982. Selon les esti­ma­tions de l'élu, envi­ron 200 per­sonnes en France pour­raient être concer­nées par cette politique.

L'homme poli­tique, ouver­te­ment gay, entend rap­pe­ler à la France qu'entre ces deux dates près de 10.000 per­sonnes, selon[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
MG 9598

Amitiés hommes-​femmes : être potes après #MeToo

Si on s’est collectivement mis·es à déconstruire le couple et les sexualités hétéros, un autre type de relation avec les hommes est passé sous les radars : l’amitié. Pourtant, la révolution féministe offre des perspectives nécessaires pour bâtir des...