Publicité

Quand une militante féministe demande à sa communauté Instagram de lui payer un Iphone…

Dimanche 10 janvier, l’autrice et réalisatrice Dora Moutot a invité ses abonné.es Instagram à financer l’achat d’un nouveau téléphone censé lui permettre de réaliser de meilleures publications sur Instagram, dans lesquelles elle mélange à la fois contenu informatif et dévoilement de sa vie privée.

d
© Capture d’écran Instagram du compte de Dora Moutot

L’autrice, journaliste et réalisatrice féministe Dora Moutot, créatrice par ailleurs du compte instagram @TasJoui, s’est fait pincer les mains dans le culot. Le 10 janvier, la jeune femme a demandé aux 73 000 abonné·es qui la suivent sur son compte personnel Instagram de se côtiser pour lui payer un nouveau téléphone, la caméra du sien ne lui permettant pas de faire des stories suffisamment léchées.

« Mon iPhone est mort et j’ai cru qu’Android ferait l’affaire mais il n’aime pas les stories, le bâtard », a‑t-​elle justifié, avant de se lancer dans une démonstration mathématique. « Vous êtes genre entre 5 000 et 10 000 à regarder mes stories par jour. Donc un euro et je m’achète trois iPhones quoi. » Et d’asséner : « Prive-​toi d’un café en ce beau dimanche pour que j’aie la meilleure caméra qui me fera faire des zooms sur mes pores. »

Mélange des genres
dora2
© Capture d’écran Instagram du compte de Dora Moutot

Dora Moutot a ensuite publié une capture d’écran de son compte Paypal sur lequel, en effet, quelques internautes lui avaient fait don de l’euro demandé. Si l’influenceuse militante soulève ici la question de la rémunération de créateur·trices de contenus sur les réseaux sociaux (elle utilise son compte Instagram pour diffuser des informations sur le féminisme ou la maladie SIBO, dont elle est victime), demander à ses abonné·es de lui payer un nouveau smartphone a semblé hors-​sol voire cynique à bon nombre d’entre elles et eux. D’autant que, comme pour bon nombre de créateur·trices de contenus sur les médias sociaux, la frontière est floue entre publications relevant de la diffusion d’une information d’intérêt général par volonté de partager son savoir ou son militantisme et mise en scène de la vie privée de l’auteur·trice. Dora Moutot, comme tant d’autres, mêle allègrement les deux. Un badbuzz plus tard, Dora Moutot avait passé son compte en privé, disant subir du harcèlement de la part de « haters ».

L’appel de la jeune femme a décontenancé certain·es de ses abonné·es, qui se sont permis de le lui signifier. L’une d’elles a publié sur les réseaux une tentative de dialogue avec Dora Moutot sur le sujet. « Bonjour, je te suis depuis longtemps, d’ailleurs j’ai même acheté ton livre. […] Je suis désolée mais demander à ses followers de l’argent pour s’acheter un iPhone, ça ne se fait pas. Bonne journée. » Réponse cinglante et outrancière de l’intéressée : « Mdr bien sûr que ça se fait. Tu décides de ce qui se fait ou pas ? T’es dieu ? Tu connais Tipee ? Patreon ? Ulule ? [toutes ces plateformes web permettent de rémunérer des créateurs.trices de contenus en ligne, ndlr]. T’es au courant que des créateurs de contenus en ligne vivent de ça ? Mêle-​toi de ton cul et arrête d’être jalouse. […] Bien sûr que tu es une hater et que tu me harcèles toi aussi. J’ai raison parce que c’est MA vie et que si ma communauté veut me donner, ça ne te regarde pas. ça te regarde d’où vient mon téléphone ? Mdr ma pauvre… get a life. […] »

Solidarité d’une autre partie de sa communauté

Dora Moutot n’a pas donné suite à la demande d’interview de Causette. Par contre, elle a publié une nouvelle story (avec ou sans nouvel iPhone ?) dans laquelle on la voit se remettre au sport… A l’aide d’un entraîneur sportif venu dans son appartement. « J’ai rien foutu pendant des mois mais je reprends avec mon coach que j’adore », détaillait-​elle, ouvrant une nouvelle voie aux critiques qui n’ont pas manqué de souligner que ces entraînements privés coûtent suffisamment cher pour observer que l’autrice n’était pas dans le besoin.

Suite à la publication de notre article, un internaute qui suit Dora Moutot sur Instagram nous a écrit pour la défendre. Avec son accord, nous publions son mail. « Je suis Dora Moutot depuis maintenant longtemps sur Instagram, explique Emmanuel. Je n’ai très sincèrement jamais trouvé une personne équivalente qui me fournisse autant de références, articles, idées, qui me permettent de réfléchir (souvent différemment) et me fait progresser sur un certain nombre de sujets. Elle ne m’a jamais rien demandé ni rien vendu. Alors, lorsqu’elle propose éventuellement de lui verser 1 €, je le fais avec plaisir (pour son téléphone ou autre, peu importe, elle gère comme elle veut mon paiement). D’ailleurs, je m’abonnerai à son Tipee ou autre lorsqu’elle l’ouvrira. »

Sur un tout autre sujet, Dora Moutot est régulièrement critiquée par des féministes et des militant·es transgenres pour ses positions jugées transphobes, notamment parce qu’elle est signataire de la tribune collective : « Trans : suffit-​il de s’autoproclamer femme pour pouvoir exiger d’être considéré comme telle ? », publiée dans Marianne en février 2020. En juillet, elle indiquait avoir subi une campagne de cyber harcèlement de la part d’islamistes autant que de militant·es anti islamophobie pour une blague mêlant l’Etat islamique, le voile et le masque. Qui, comme le soulignait Charlie Hebdo, n’avait rien d’islamophobe.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
shutterstock 667410454 A

PMA : qui pour suivre La Manif pour tous ?

« La mobilisation peut être immense », assurait encore récemment Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif pour tous (LMPT), lors d’une interview-​étape de son marathon médiatique. Depuis des semaines, elle travaille à mobiliser les...