Quand une mili­tante fémi­niste demande à sa com­mu­nau­té Instagram de lui payer un Iphone…

Dimanche 10 jan­vier, l’autrice et réa­li­sa­trice Dora Moutot a invi­té ses abonné.es Instagram à finan­cer l’achat d’un nou­veau télé­phone cen­sé lui per­mettre de réa­li­ser de meilleures publi­ca­tions sur Instagram, dans les­quelles elle mélange à la fois conte­nu infor­ma­tif et dévoi­le­ment de sa vie pri­vée.

d
© Capture d'écran Instagram du compte de Dora Moutot

L’autrice, jour­na­liste et réa­li­sa­trice fémi­niste Dora Moutot, créa­trice par ailleurs du compte ins­ta­gram @TasJoui, s’est fait pin­cer les mains dans le culot. Le 10 jan­vier, la jeune femme a deman­dé aux 73 000 abonné·es qui la suivent sur son compte per­son­nel Instagram de se côti­ser pour lui payer un nou­veau télé­phone, la camé­ra du sien ne lui per­met­tant pas de faire des sto­ries suf­fi­sam­ment léchées.

« Mon iPhone est mort et j’ai cru qu’Android ferait l’affaire mais il n’aime pas les sto­ries, le bâtard », a‑t-​elle jus­ti­fié, avant de se lan­cer dans une démons­tra­tion mathé­ma­tique. « Vous êtes genre entre 5 000 et 10 000 à regar­der mes sto­ries par jour. Donc un euro et je m’achète trois iPhones quoi. » Et d’asséner : « Prive-​toi d’un café en ce beau dimanche pour que j’aie la meilleure camé­ra qui me fera faire des zooms sur mes pores. »

Mélange des genres
dora2
© Capture d'écran Instagram du compte de Dora Moutot

Dora Moutot a ensuite publié une cap­ture d’écran de son compte Paypal sur lequel, en effet, quelques inter­nautes lui avaient fait don de l’euro deman­dé. Si l’influenceuse mili­tante sou­lève ici la ques­tion de la rému­né­ra­tion de créateur·trices de conte­nus sur les réseaux sociaux (elle uti­lise son compte Instagram pour dif­fu­ser des infor­ma­tions sur le fémi­nisme ou la mala­die SIBO, dont elle est vic­time), deman­der à ses abonné·es de lui payer un nou­veau smart­phone a sem­blé hors-​sol voire cynique à bon nombre d’entre elles et eux. D’autant que, comme pour bon nombre de créateur·trices de conte­nus sur les médias sociaux, la fron­tière est floue entre publi­ca­tions rele­vant de la dif­fu­sion d’une infor­ma­tion d’intérêt géné­ral par volon­té de par­ta­ger son savoir ou son mili­tan­tisme et mise en scène de la vie pri­vée de l’auteur·trice. Dora Moutot, comme tant d’autres, mêle allè­gre­ment les deux. Un bad­buzz plus tard, Dora Moutot avait pas­sé son compte en pri­vé, disant subir du har­cè­le­ment de la part de « haters ».

L’appel de la jeune femme a décon­te­nan­cé certain·es de ses abonné·es, qui se sont per­mis de le lui signi­fier. L’une d’elles a publié sur les réseaux une ten­ta­tive de dia­logue avec Dora Moutot sur le sujet. « Bonjour, je te suis depuis long­temps, d’ailleurs j’ai même ache­té ton livre. […] Je suis déso­lée mais deman­der à ses fol­lo­wers de l’argent pour s’acheter un iPhone, ça ne se fait pas. Bonne jour­née. » Réponse cin­glante et outran­cière de l’intéressée : « Mdr bien sûr que ça se fait. Tu décides de ce qui se fait ou pas ? T’es dieu ? Tu connais Tipee ? Patreon ? Ulule ? [toutes ces pla­te­formes web per­mettent de rému­né­rer des créateurs.trices de conte­nus en ligne, ndlr]. T’es au cou­rant que des créa­teurs de conte­nus en ligne vivent de ça ? Mêle-​toi de ton cul et arrête d’être jalouse. […] Bien sûr que tu es une hater et que tu me har­cèles toi aus­si. J’ai rai­son parce que c’est MA vie et que si ma com­mu­nau­té veut me don­ner, ça ne te regarde pas. ça te regarde d’où vient mon télé­phone ? Mdr ma pauvre… get a life. […] »

Solidarité d'une autre par­tie de sa com­mu­nau­té

Dora Moutot n’a pas don­né suite à la demande d’interview de Causette. Par contre, elle a publié une nou­velle sto­ry (avec ou sans nou­vel iPhone ?) dans laquelle on la voit se remettre au sport… A l’aide d’un entraî­neur spor­tif venu dans son appar­te­ment. « J’ai rien fou­tu pen­dant des mois mais je reprends avec mon coach que j’adore », détaillait-​elle, ouvrant une nou­velle voie aux cri­tiques qui n’ont pas man­qué de sou­li­gner que ces entraî­ne­ments pri­vés coûtent suf­fi­sam­ment cher pour obser­ver que l’autrice n’était pas dans le besoin.

Suite à la publi­ca­tion de notre article, un inter­naute qui suit Dora Moutot sur Instagram nous a écrit pour la défendre. Avec son accord, nous publions son mail. « Je suis Dora Moutot depuis main­te­nant long­temps sur Instagram, explique Emmanuel. Je n'ai très sin­cè­re­ment jamais trou­vé une per­sonne équi­va­lente qui me four­nisse autant de réfé­rences, articles, idées, qui me per­mettent de réflé­chir (sou­vent dif­fé­rem­ment) et me fait pro­gres­ser sur un cer­tain nombre de sujets. Elle ne m'a jamais rien deman­dé ni rien ven­du. Alors, lorsqu'elle pro­pose éven­tuel­le­ment de lui ver­ser 1 €, je le fais avec plai­sir (pour son télé­phone ou autre, peu importe, elle gère comme elle veut mon paie­ment). D'ailleurs, je m'abonnerai à son Tipee ou autre lorsqu'elle l'ouvrira. »

Sur un tout autre sujet, Dora Moutot est régu­liè­re­ment cri­ti­quée par des fémi­nistes et des militant·es trans­genres pour ses posi­tions jugées trans­phobes, notam­ment parce qu’elle est signa­taire de la tri­bune col­lec­tive : « Trans : suffit-​il de s’autoproclamer femme pour pou­voir exi­ger d’être consi­dé­ré comme telle ? », publiée dans Marianne en février 2020. En juillet, elle indi­quait avoir subi une cam­pagne de cyber har­cè­le­ment de la part d’islamistes autant que de militant·es anti isla­mo­pho­bie pour une blague mêlant l’Etat isla­mique, le voile et le masque. Qui, comme le sou­li­gnait Charlie Hebdo, n’avait rien d’islamophobe.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés