fbpx
Capture d’écran 2022 04 12 à 15.25.10
Marine Le Pen le 12 avril sur France Inter © Capture d'écran YouTube

Présidentielle : Marine Le Pen, la stra­té­gie du fémi­nisme dilettante

Héritière du pro­gramme pro­fon­dé­ment patriar­cal du Front natio­nal, la can­di­date a modé­ré le dis­cours du Rassemblement natio­nal pour col­ler à l'air du temps féministe.

Depuis le début de la cam­pagne pré­si­den­tielle, elle est la seule femme éli­gible et en joue. S'offrant les colonnes du Figaro le 8 mars, jour­née inter­na­tio­nale des droits des femmes, avec une « Lettre aux Françaises » qu'elle amorce d'un nos­tal­gique « Madame, Mademoiselle », Marine Le Pen écrit : « L'élection pré­si­den­tielle qui arrive est l'occasion de por­ter ces pré­oc­cu­pa­tions [celles qui nous habitent « toutes » en tant que femmes, ndlr] au som­met de l'État en éli­sant une femme, c'est-à-dire, je le crois, en pri­vi­lé­giant une approche plus concrète et sûre­ment plus pro­tec­trice de l'exercice du pou­voir. Ce serait, nous en sommes conscientes, une révo­lu­tion. Mais le pays y est prêt. »

En deman­dant aux femmes de l'élire à la pré­si­dence de la République en tant que pion­nière, la can­di­date Rassemblement natio­nal (RN), qui a obte­nu au pre­mier tour de l'élection pré­si­den­tielle, le 10 avril, 23,1% des suf­frages der­rière Emmanuel Macron (27,8%), cherche à flat­ter les aspi­ra­tions paritaires[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
mariecau test teresasuarez 026

Petits can­di­dats : et pour­tant ils courent

Douze candidat·es ont obtenu leurs cinq cents signatures. Mais une soixantaine avaient tenté l’aventure, dont certain·es ont contracté un prêt, tenu meeting sur leurs congés payés, enchaîné les nuits sur des canapés-lits. Nous avons suivi cinq de...