fbpx

#MeTooInceste : « L'inceste est un sujet de san­té publique, il lui faut un ins­ti­tut dédié »

Depuis la publi­ca­tion le 7 jan­vier de La Familia grande, le livre de Camille Kouchner révé­lant l'inceste com­mis sur son frère par son beau-​père Olivier Duhamel, la parole des vic­times d'inceste se libère. Derrière les témoi­gnages véhi­cu­lés par le mot-​dièse #MeTooInceste se cachent un·e Français·e sur dix, d'après les ver­ti­gi­neux chiffres d'un récent son­dage Ipsos. Soit 6,7 mil­lions de vic­times dans le pays. Causette a ren­con­tré le vice-​président de l'association Face à l'inceste, Patrick Loiseleur, qui porte le com­bat des sur­vi­vantes et sur­vi­vants d'inceste, et sou­haite vive­ment que les voix qui se sou­lèvent aujourd'hui soient enten­dues par les ins­ti­tu­tions.

patrick loiseleur cpommeron 07112015
© Cécile Pommeron

Quel regard portez-​vous sur la libé­ra­tion de la parole de vic­times d'inceste, dans le sillage des révé­la­tions de La Familia grande, par ailleurs véri­table suc­cès de librai­rie ?
Patrick Loiseleur :
On se réjouit évi­dem­ment aujourd'hui de la vague #MeTooInceste et que le sujet fasse enfin irrup­tion dans le débat public. Amener les bonnes ques­tions est une chose mais il faut ensuite y appor­ter les bonnes réponses. En 2018, lors de la loi Schiappa pour la lutte contre les vio­lences sexistes et sexuelles, notre asso­cia­tion a essayé de mettre la ques­tion de l’inceste sur la table mais nous n'avons pas été enten­dus. Il y a un déni ins­ti­tu­tion­nel, une réti­cence à abor­der le sujet, et à employer les mots justes, et non des péri­phrases en par­lant d’abus ou de vio­lences sexuels. Si aujourd'hui on veut s’informer sur le tabac, il existe Tabac info ser­vices, mis en place par le gou­ver­ne­ment. Idem pour l’institut contre le can­cer par exemple. Mais où est l’institut de l’inceste en France ? C’est aus­si une ques­tion de san­té publique. Il faut se rendre compte que notre site est qua­si­ment la seule réponse pos­sible aux vic­times qui font une recherche sur inter­net. Alors que nous sommes une toute petite struc­ture. Il faut que le gou­ver­ne­ment s’en empare avec des moyens à la hau­teur de son ampleur et de ses[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
secouer

Enfance mal­trai­tée : prendre le mal à la racine

Avant que le gouvernement dévoile le second volet de son Pacte pour l’enfance, qui s’attèlera à la maltraitance infantile, Causette a rencontré des acteurs·trices de terrain qui côtoient ces petites victimes et s’est penchée sur les solutions à...

125 ecole a la maison. gros pour causette

L'école à la mai­son : un pro­blème vrai­ment ?

Dans le viseur de l’État, car soupçonnée de contrevenir aux principes républicains, l’instruction en famille, jusqu’alors libre, devra désormais faire l’objet d’une dérogation. Les associations de parents adeptes de ce mode d’instruction...

annick niquet 2

Des pseu­dos beaux comme les camions

Jacky42, L'Ouragan, Ange66 ou Fantastique : les pseu­dos des routier·ères, c'est tout une his­toire. Simples ou créa­tifs, ils en disent tou­jours beau­coup. C'est presque des mes­sages ambu­lants ins­crits sur une fausse plaque...