#MeTooInceste : « L’inceste est un sujet de santé publique, il lui faut un institut dédié »

Depuis la publication le 7 janvier de La Familia grande, le livre de Camille Kouchner révélant l’inceste commis sur son frère par son beau-​père Olivier Duhamel, la parole des victimes d’inceste se libère. Derrière les témoignages véhiculés par le mot-​dièse #MeTooInceste se cachent un·e Français·e sur dix, d’après les vertigineux chiffres d’un récent sondage Ipsos. Soit 6,7 millions de victimes dans le pays. Causette a rencontré le vice-​président de l’association Face à l’inceste, Patrick Loiseleur, qui porte le combat des survivantes et survivants d’inceste, et souhaite vivement que les voix qui se soulèvent aujourd’hui soient entendues par les institutions.

patrick loiseleur cpommeron 07112015
© Cécile Pommeron

Quel regard portez-​vous sur la libération de la parole de victimes d’inceste, dans le sillage des révélations de La Familia grande, par ailleurs véritable succès de librairie ?
Patrick Loiseleur :
On se réjouit évidemment aujourd’hui de la vague #MeTooInceste et que le sujet fasse enfin irruption dans le débat public. Amener les bonnes questions est une chose mais il faut ensuite y apporter les bonnes réponses. En 2018, lors de la loi Schiappa pour la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, notre association a essayé de mettre la question de l’inceste sur la table mais nous n’avons pas été entendus. Il y a un déni institutionnel, une réticence à aborder le sujet, et à employer les mots justes, et non des périphrases en parlant d’abus ou de violences sexuels. Si aujourd’hui on veut s’informer sur le tabac, il existe Tabac info services, mis en place par le gouvernement. Idem pour l’institut contre le cancer par exemple. Mais où est l’institut de l’inceste en France ? C’est aussi une question de santé publique. Il faut se rendre compte que notre site est quasiment la seule réponse possible aux victimes qui font une recherche sur internet. Alors que nous sommes une toute petite structure. Il faut que le gouvernement s’en empare avec des moyens à la hauteur de son ampleur et de ses[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés