fbpx

#MeTooInceste : « L'inceste est un sujet de san­té publique, il lui faut un ins­ti­tut dédié »

Depuis la publi­ca­tion le 7 jan­vier de La Familia grande, le livre de Camille Kouchner révé­lant l'inceste com­mis sur son frère par son beau-​père Olivier Duhamel, la parole des vic­times d'inceste se libère. Derrière les témoi­gnages véhi­cu­lés par le mot-​dièse #MeTooInceste se cachent un·e Français·e sur dix, d'après les ver­ti­gi­neux chiffres d'un récent son­dage Ipsos. Soit 6,7 mil­lions de vic­times dans le pays. Causette a ren­con­tré le vice-​président de l'association Face à l'inceste, Patrick Loiseleur, qui porte le com­bat des sur­vi­vantes et sur­vi­vants d'inceste, et sou­haite vive­ment que les voix qui se sou­lèvent aujourd'hui soient enten­dues par les ins­ti­tu­tions.

patrick loiseleur cpommeron 07112015
© Cécile Pommeron

Quel regard portez-​vous sur la libé­ra­tion de la parole de vic­times d'inceste, dans le sillage des révé­la­tions de La Familia grande, par ailleurs véri­table suc­cès de librai­rie ?
Patrick Loiseleur :
On se réjouit évi­dem­ment aujourd'hui de la vague #MeTooInceste et que le sujet fasse enfin irrup­tion dans le débat public. Amener les bonnes ques­tions est une chose mais il faut ensuite y appor­ter les bonnes réponses. En 2018, lors de la loi Schiappa pour la lutte contre les vio­lences sexistes et sexuelles, notre asso­cia­tion a essayé de mettre la ques­tion de l’inceste sur la table mais nous n'avons pas été enten­dus. Il y a un déni ins­ti­tu­tion­nel, une réti­cence à abor­der le sujet, et à employer les mots justes, et non des péri­phrases en par­lant d’abus ou de vio­lences sexuels. Si aujourd'hui on veut s’informer sur le tabac, il existe Tabac info ser­vices, mis en place par le gou­ver­ne­ment. Idem pour l’institut contre le can­cer par exemple. Mais où est l’institut de l’inceste en France ? C’est aus­si une ques­tion de san­té publique. Il faut se rendre compte que notre site est qua­si­ment la seule réponse pos­sible aux vic­times qui font une recherche sur inter­net. Alors que nous sommes une toute petite struc­ture. Il faut que le gou­ver­ne­ment s’en empare avec des moyens à la hau­teur de son ampleur et de ses[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés