Capture d’écran 2022 09 30 à 19.10.16
©Nantilus

Marlène Schiappa nom­mée à la tête de la cel­lule anti-​violences sexistes et sexuelles du par­ti Renaissance

La secré­taire d’État à l’Économie sociale et soli­daire et de la Vie asso­cia­tive Marlène Schiappa vient d’être nom­mée à la tête de la toute nou­velle struc­ture char­gée d’écouter les vic­times de vio­lences sexistes et sexuelles lan­cée jeu­di 29 sep­tembre par le par­ti pré­si­den­tiel Renaissance.

Le par­ti Renaissance renou­velle sa cel­lule interne de « pro­tec­tion contre les vio­lences sexistes et sexuelles » a annon­cé Le Parisien. Lancée ce jeu­di 29 sep­tembre et bap­ti­sée « Prévention écoute action » (Péa), cette nou­velle cel­lule indé­pen­dante com­po­sée de dix membres sera pré­si­dée par la secré­taire d’État à l’Économie sociale et soli­daire et de la Vie asso­cia­tive, Marlène Schiappa.

La cel­lule du par­ti sera char­gée d'organiser des cam­pagnes de com­mu­ni­ca­tion interne sur les vio­lences sexistes et sexuelles ain­si que de recueillir la parole des vic­times de ces vio­lences. Une parole qui pour­ra ensuite être trans­mise à la Commission des conflits du mou­ve­ment, en vue d’éventuelles sanc­tions pou­vant aller jusqu’à l’exclusion, pré­cise la secré­taire d’État. « Nous pour­rons aus­si trans­mettre à la jus­tice et accom­pa­gner vers la plainte », ajoute-​t-​elle.

« Une struc­ture indé­pen­dante sérieuse »

« Nous ne sommes pas un par­ti de jus­tice expé­di­tive, de pro­cès sta­li­niens. Nous n’allons pas sin­ger la jus­tice avec de faux pro­cu­reurs, de faux juges et des petits mar­teaux », a tou­te­fois pré­ve­nu l’ancienne secré­taire d’État char­gée de l’Égalité entre les femmes et les hommes fai­sant réfé­rence aux récentes affaires Quatennens et Bayou qui secouent les par­tis poli­tiques de La France insou­mise (LFI) et d'Europe Écologie Les Verts (EELV).

Lire aus­si I Violences conju­gales : après le retrait d’Adrien Quatennens, malaise et dis­sen­sions chez LFI

Marlène Schiappa a évo­qué « une struc­ture indé­pen­dante sérieuse » taclant d'ailleurs au pas­sage les deux cel­lules exis­tantes chez La France insou­mise (LFI) et Europe Écologie Les Verts (EELV), Pour elle, celle de LFI – qui n’est pas inter­ve­nue dans le cas du dépu­té Adrien Quatennens accu­sé de vio­lences conju­gales envers son épouse – a « plu­tôt ten­dance à étouf­fer les affaires ». Quant à celle d’EELV, qui ins­truit actuel­le­ment les accu­sa­tions de vio­lences psy­cho­lo­giques à l’encontre du dépu­té Julien Bayou envers une ex-​compagne, Marlène Schiappa la juge « opaque ».« Les cel­lules de ces par­tis sont des échecs et je le déplore », conclu-​t-​elle auprès du Parisien ajou­tant que pour Renaissance, il s’agira « d’apprendre des erreurs des autres et des nôtres ».

Lire aus­si I Accusations de vio­lences psy­cho­lo­giques : Julien Bayou démis­sionne de son poste de secré­taire natio­nal d'EELV

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.