fbpx
MANIF E G
Manifestation contre la réforme des retraites à Nantes, 24 janvier 2020 © E.G.

Manifs : ces femmes qui vont au front

Lors de mani­fes­ta­tions, der­rière la ban­de­role qui mène la danse, sous les vête­ments noirs et les visages cachés, se trouvent aus­si des femmes. Tags, bar­ri­cades, confron­ta­tion avec la police, elles vont « au front », en assu­mant une forme de radi­ca­li­té de leur lutte, avant tout poli­tique.

À peine ado­les­cente, sen­sible aux causes huma­ni­taires, Anna don­nait son argent de poche à des asso­cia­tions. « J’avais conscience d’être une pri­vi­lé­giée, bien née, avec une famille aimante. » Aujourd’hui âgée de 25 ans et étu­diante en méde­cine, la jeune femme se sou­vient avoir pris conscience, lors de son enga­ge­ment dans des asso­cia­tions huma­ni­taires, « de la posi­tion encore néo­co­lo­niale des assos fran­çaises et de l’ingérence de l’Occident dans cer­tains pays ». Elle s’est alors ouverte à d’autres champs de lutte, regar­dant de plus près les inéga­li­tés en France. D’abord street medic lors des mani­fes­ta­tions, le bas­cu­le­ment de son mode d’action s’opère lors des mani­fes­ta­tions contre le pro­jet d'aéroport de Notre-​Dame-​des-​Landes près de Nantes, puis des contes­ta­tions de la Loi Travail : « C’est là que s’est for­gée ma pen­sée radi­cale. T’as beau être paci­fiste, per­sonne ne t’écoute. Et les forces de l’ordre, elles, sont au ser­vice d’un état répres­sif. » Rapidement, elle réa­lise qu’elle n’en veut pas aux gens qui cassent, trouve cette colère légi­time. « J’ai com­pris qu’il y avait besoin d’un rap­port de force. » Mais faire par­tie inté­grante de ce que l’on nomme le cor­tège de tête ne se fait pas d’un cla­que­ment de doigt. « Au début, tu ne sais pas trop com­ment ça se passe quand tu tiens une ban­de­role. Il faut com­prendre la stra­té­gie, avoir le bon équi­pe­ment. Et sur­tout, accep­ter d’être face à la police qui pointe un LBD sur toi. » Les per­sonnes qui consti­tuent le cor­tège de tête sont ain­si en pre­mière ligne dans une[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés