fbpx

Lutte contre la haine en ligne : la sociologue Divina Frau-​Meigs plaide pour « une nouvelle citoyenneté numérique »

Fake news, appel à la haine, trolls… depuis quelque temps, le climat sur Internet n’est pas joli joli. Alors, après l’assassinat de Samuel Paty, certains hommes politiques – Xavier Bertrand, président LR de la région Hauts de France, et le ministre Jean-​Michel Blanquer notamment – ont remis sur la table la proposition d’interdire l’anonymat en ligne pour lutter contre les contenus violents. Pour la sociologue des médias Divina Frau-​Meigs, il faut plutôt miser sur l’éducation aux médias. Une solution bien plus démocratique, que nous pouvons en partie prendre en charge nous-​mêmes.

Divina Frau-Meigs
Divina Frau-​Meigs. © Olivier Ezratty

Causette : Dans quelle mesure l’idée de rendre l’anonymat en ligne illégal est-​elle fondée ?
Divina Frau-​Meigs : Cette proposition reflète le déficit de culture générale de l’Internet. De la part de nos décideurs notamment, mais de nous tous aussi. De un, l’anonymat n’est jamais total sur Internet. Tout service secret qui se respecte est capable d’identifier quelqu’un, surtout si un juge l’autorise. De deux, relever une adresse IP ne dit rien de vous. Il peut y avoir tout un bureau derrière un même IP. De trois, puisqu’Internet est un monde transfrontalier, préserver l’anonymat est une question de vie ou de mort pour certaines personnes. Depuis les[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés