fbpx

L'homme étoi­lé, au che­vet des vies filantes

Infirmier en soins pal­lia­tifs dans un hôpi­tal de Metz, Xavier, alias L’homme étoi­lé, s’est lan­cé le défi de racon­ter son métier en BD sur Instagram, où il est sui­vi par plus de 100 000 per­sonnes. Le suc­cès aidant, il a ras­sem­blé ses his­toires des­si­nées dans un livre, À la vie !, sor­ti début jan­vier. Des bulles d’amour et d’humour qui font de lui l’influenceur d’une fin de vie heu­reuse. 

topakian causette 86edit
© Rebecca Topakian pour Causette

Du haut de son mètre 95, des tatouages par­tout, dont les visages des membres du groupe Queen (qu’il vénère) sur quatre doigts de sa main droite et des étoiles sur les bras, une barbe impo­sante et des boucles d’oreilles… Xavier, 35 ans, infir­mier en soins pal­lia­tifs, n’a pas le look de l’emploi. Quand il entre dans la chambre d’un nou­veau patient de l’hôpital de Metz (Moselle) où il tra­vaille, il per­çoit sou­vent de la sur­prise, par­fois de l’appréhension. Puis il pro­nonce quelques mots, et sa voix douce et enve­lop­pante lève toutes les craintes. « Je suis un gen­til, mais ça, on le devine après », dit-​il dans un sou­rire. Et c’est ce « Marshmallow coin­cé dans une armoire à glace », son double crayon­né, qu’il met en scène sur Instagram sous le nom de « L’homme étoi­lé ». Plus de 100 000 abonné·es suivent ses aven­tures et leur nombre s’envole à chaque nou­velle sto­ry pos­tée. Sans comp­ter toutes celles et ceux à venir, qui décou­vri­ront ses des­sins dans son livre gra­phique. 

“Je me sou­viens être entré dans la chambre de Mathilde alors qu’elle était en train de choi­sir son urne funé­raire. Elle envi­sa­geait sa mort de façon prag­ma­tique”

Xavier

Le miracle du sué­dois

Au départ, Xavier n’avait abso­lu­ment pas l’intention de rela­ter ses jour­nées aux côtés des mourant·es. « J’avais peur d’angoisser tout le monde ! » Il découvre Instagram en pos­tant quelques anec­dotes, sous forme de bulles illus­trées, sur sa vie de couple avec Amandine, alias Prune, infir­mière elle aus­si. Sans grand suc­cès. Prune et son frère l’encouragent alors à racon­ter son quo­ti­dien en blouse blanche. « Xavier a tou­jours des­si­né. Mais il doute beau­coup de lui et de son trait. Je suis un peu sa mana­geuse à la mai­son ! » confie-​t-​elle. Le déclic se pro­duit avec Mathilde, une patiente de 50 ans, atteinte d’un can­cer. « Elle m’impressionnait. Je me sou­viens être entré dans sa chambre alors qu’elle était en train de choi­sir son urne funé­raire. Elle envi­sa­geait sa mort de façon prag­ma­tique et vou­lait épar­gner à ses enfants toute com­pli­ca­tion. » La langue sué­doise va les unir. Mathilde a vécu trente ans en Suède, après être tom­bée amou­reuse d’un « Viking », et Xavier adore cette langue qu’il a apprise en cours du soir. Et en la matière, il a des pro­grès à faire… Mathilde se met en tête de le faire pro­gres­ser, « un der­nier objec­tif avant le grand départ ». « Parfois, j’entrais dans sa chambre et on ne pro­non­çait pas un[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
125 ecole a la maison. gros pour causette

L'école à la mai­son : un pro­blème vrai­ment ?

Dans le viseur de l’État, car soupçonnée de contrevenir aux principes républicains, l’instruction en famille, jusqu’alors libre, devra désormais faire l’objet d’une dérogation. Les associations de parents adeptes de ce mode d’instruction...