fbpx
close-up photography of person lifting hands
©Nadine Shaabana

Les vio­lences conju­gales en hausse de 10 % en 2020 selon le minis­tère de l’Intérieur

159 400 vic­times de vio­lences conju­gales, dont 139 200 femmes, ont été enre­gis­trées par les ser­vices de police et de gen­dar­me­rie en 2020, soit une hausse de 10 %. 

159 400 vic­times de vio­lences conju­gales ont été enre­gis­trées par les ser­vices de police et de gen­dar­me­rie en 2020, soit une hausse de 10% par rap­port à 2019. C’est le sinistre constat annon­cé ce lun­di 22 novembre par le ser­vice sta­tis­tique du minis­tère de l'Intérieur. Selon les chiffres, 87% des vic­times de vio­lences conju­gales sont des femmes, soit 139 200. 40 % d’entre elles ont entre 30 et 49 ans et 21% sont âgées de 70 ans et plus. Il s’agit majo­ri­tai­re­ment, comme en 2019, de vio­lences phy­siques volon­taires ou psy­cho­lo­giques ayant entraî­né ou non une inca­pa­ci­té totale de tra­vail. 5 500 des vic­times dont une écra­sante majo­ri­té de femmes ont por­té plainte pour viol ou agres­sion sexuelle par leur conjoint·e. 

Lire aus­si : #NousToutes : au cœur de la manif parisienne

Les vio­lences conju­gales avaient bon­di de 10 % lors du pre­mier confi­ne­ment en mars 2020 avant de bais­ser de 13 % pen­dant le second (par rap­port aux mêmes périodes en 2019). Les chiffres du minis­tère ne comp­ta­bi­lisent tou­te­fois pas les fémi­ni­cides com­mis en 2020. Elles étaient, cette année-​là, 102 femmes à avoir été tuées par leur com­pa­gnon ou ex-​compagnon. Un chiffre en baisse puisqu’elles étaient 146 en 2019. À encore quelques semaines de la fin de l’année 2021, on dénombre 101 fémi­ni­cides depuis le 1er janvier. 


Disparité géo­gra­phique 

L’Aveyron est le dépar­te­ment fran­çais où est recen­sé le plus faible nombre de vic­times de vio­lences conju­gales avec 2,7 femmes âgées de 20 ans ou plus enre­gis­trées pour 1000 habi­tantes du même âge. À l’inverse, la Seine-​Saint-​Denis et la Guyane sont les deux dépar­te­ments les plus tou­chés par les vio­lences conjugales.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
CAUSETTE HAPPY MANAGEMENT

Le « hap­pi­ness mana­ge­ment », de la pure com

Pour Florent Bonnel, consul­tant en res­sources humaines, ces poli­tiques très en vogue de bien-​être au tra­vail sont à côté de la plaque.  Dans ses tra­vaux de thèse*, il a démon­tré, entre autres, que  le bien-​être pro­fes­sion­nel...