fbpx

« Les radi­ca­li­sés en pri­son ont regar­dé davan­tage de vidéos de déca­pi­ta­tion que de prêches reli­gieux »

Chaque mois, un cher­cheur, une cher­cheuse, nous raconte sa thèse sans jar­gon­ner. Sabine Riss, psy­cho­logue cli­ni­cienne, vient de sou­te­nir la sienne après avoir sui­vi en thé­ra­pie des dizaines de jeunes hommes déte­nus dans les pri­sons de la région mar­seillaise pour des faits de radi­ca­li­sa­tion.

CAUSETTE DJIHADISTES FINA L OK
© Grégoire Gicquel pour Causette

Causette : Comment a débu­té votre étude des per­sonnes pour­sui­vies et/​ou condam­nées pour déten­tion de vidéos ter­ro­ristes ?

Sabine Riss : Avant d’être cher­cheuse, je suis psy­cho­logue dans l’administration péni­ten­tiaire depuis sept ans. J’ai eu l’occasion de suivre des isla­mistes déte­nus dans les quar­tiers ultra sécu­ri­sés des pri­sons, condam­nés pour des faits de ter­ro­risme « clas­siques » : des finan­ceurs d’Al-Qaïda ou des anciens du Groupe isla­mique armé (GIA). Puis j’ai vu émer­ger, chez cer­tains déte­nus de droit com­mun, une fas­ci­na­tion pour Mohammed Merah et pour la force narra­tive de l’État isla­mique. En com­pa­rant ces expé­riences, j’ai consta­té que les déte­nus de droit com­mun sen­sibles à cette pro­pa­gande n’avaient stric­te­ment rien à voir avec les « terro­ristes clas­siques ». Ces der­niers font la démons­tra­tion d’une pen­sée très struc­tu­rée.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Écrit par
Articles liés
98 harcelement Crous Benjamin Courtault pour Causette

Harcèlement : enquête en Crous

Deux plaintes. Trois mains courantes. Et l’ouverture d’une enquête préliminaire de police… Des étudiantes dénoncent, depuis plus d’un an, le comportement abusif d’un agent du Crous, logé dans leur résidence.