fbpx
whatsapp image 2021 07 27 at 17.01.51 1
© Salomé Robles

Les femmes enceintes débous­so­lées face à l’extension du pass sani­taire

Les auto­ri­tés de san­té viennent tout juste de modi­fier les recom­man­da­tions de vac­ci­na­tion pour les femmes enceintes. Trop tard pour que celles-​ci pos­sèdent le cycle vac­ci­nal com­plet avant le 1er août.

« Allons-​nous devoir nous faire tes­ter tous les deux jours alors que, jusqu'à pré­sent, nous n'avons fait que suivre les pré­co­ni­sa­tions ? », s'indigne Laura. Enceinte de neuf semaines, elle ne com­prend pas l’absence d’assouplissement du pass sani­taire pour les femmes enceintes qui n’ont pas pu se faire vac­ci­ner jusque-​là. La jeune femme déplore ne pas béné­fi­cier de la même tolé­rance concer­nant le pass sani­taire que, par exemple, les jeunes de 12 à 17 ans « qui ont, eux, accès au vac­cin depuis mi-​juin ! ».

Un chan­ge­ment de régle­men­ta­tion…

Depuis avril, la vac­ci­na­tion lors du pre­mier semestre de gros­sesse n’était pas recom­man­dée en France, soit pas avant la 14ème semaine. Il s’agissait là d’un prin­cipe de pré­cau­tion, et non pas une contre-​indication, les femmes enceintes n’ayant pas été inté­grées aux essais cli­niques sur les vac­cins. Au-​delà de ce pre­mier tri­mestre, elles étaient consi­dé­rées comme public prio­ri­taire, mais pou­vaient néan­moins uni­que­ment rece­voir les doses à ARN mes­sa­ger, Pfizer/​BioNTech ou Moderna.

Plusieurs pro­fes­sion­nels de san­té appe­laient à la vac­ci­na­tion des femmes enceintes, peu importe l’avancement de leur gros­sesse. Dès le début de la cam­pagne vac­ci­nale, le Collège natio­nal des gyné­co­logues et obs­té­tri­ciens fran­çais (Cngof) affir­mait : « cette vac­ci­na­tion doit être envi­sa­gée si les béné­fices poten­tiels l’emportent sur les risques pour la mère et le fœtus », tout en rap­pe­lant que « l'infection à SARS-​CoV‑2 pen­dant la gros­sesse est une source de mor­bi­di­té non négli­geable et que la gros­sesse est un fac­teur de risque de gra­vi­té ».

Mardi 20 juillet, Olivier Véran, a décla­ré qu’en dehors de trois situa­tions pré­cises (le « syn­drome PIMS », les réac­tions type myo­car­dite, péri­car­dite et hépa­tite sévère, et les aller­gies à l'un des com­po­sants du vac­cin), « il n’y a aucune contre-​indication au vac­cin ARN mes­sa­ger, ni la gros­sesse pre­mier tri­mestre, ni la gros­sesse der­nier tri­mestre ». En se basant sur les études et les obser­va­tions de la vac­ci­na­tion dans d’autres pays, le Ministre de la san­té et des soli­da­ri­tés a donc chan­gé les recom­man­da­tions vac­ci­nales à l’égard des femmes enceintes.

… sans assou­plis­se­ments du pass sani­taire 

Mais pour l’heure, les femmes enceintes connaissent les mêmes régle­men­ta­tions que le reste de la popu­la­tion en ce qui concerne le pass sani­taire. « On est sou­mises à un pass sani­taire alors même qu’on a accès à la vac­ci­na­tion seule­ment depuis le 20 juillet, avant même de pou­voir se mettre en règle ! », regrette Laura.

La future maman avait pris rendez-​vous pour sa pre­mière dose de vac­cin contre le Covid-​19 pour fin août, date à laquelle com­men­çait son deuxième tri­mestre de gros­sesse et elle sui­vait donc les recom­man­da­tions des auto­ri­tés de san­té et de ses propres méde­cins. Son cycle vac­ci­nal ne sera donc pas com­plet avant la fin du mois d’août. « J’ai regar­dé pour avan­cer mon rendez-​vous, mais dans ma com­mune de Bordeaux, il n’y a pas de cré­neaux dis­po­nibles », explique-​t-​elle. De son côté, Sarah, enceinte d’un mois après « un par­cours du com­bat­tant de la PMA » qui a engen­dré chez elle beau­coup de stress, se retrouve désor­mais débous­so­lée par ce chan­ge­ment de direc­tives : « Les don­nées conseillant jusqu'à alors le prin­cipe de pré­cau­tion, à savoir la vac­ci­na­tion envi­sa­gée à par­tir du troi­sième mois révo­lu, ne sont plus valables et main­te­nant, aux oubliettes le prin­cipe de pré­cau­tion ! » La jeune femme explique à Causette échan­ger avec « bon nombre de femmes dans [son] cas, qui cherchent alors réas­su­rance auprès du corps médi­cal, sans que celui-​ci ne sache que répondre. Le nombre d'avis diver­gents se mul­ti­plient pro­por­tion­nel­le­ment au nombre de pro­fes­sion­nels consul­tés ».

En tout état de cause, le Cngof a esti­mé, dans un com­mu­ni­qué du 21 juillet, « qu’il n’est pas pos­sible d'obliger les patientes à se vac­ci­ner au pre­mier tri­mestre. En effet, le risque de fausse-​couche spon­ta­née à ce terme est impor­tant et il ne fau­drait pas qu’une rela­tion de cause à effet soit éta­blie de façon inap­pro­priée entre la réa­li­sa­tion de la vac­ci­na­tion et la fausse-​couche spon­ta­née ». Après des mois de recom­man­da­tions de non-​vaccination, il appa­raît dif­fi­cile pour le col­lec­tif de sanc­tion­ner des femmes enceintes qui ne sou­haitent pas se faire vac­ci­ner immé­dia­te­ment.

Des pro­messes du gou­ver­ne­ment non tenues

Lundi 19 juillet, le porte-​parole du gou­ver­ne­ment Gabriel Attal, avait pour­tant annon­cé sur Franceinfo que « dans les pro­chains jours, des cla­ri­fi­ca­tions seront don­nées pour [que les femmes enceintes] ne soient pas péna­li­sées » et qu’il n’était pas ques­tion qu’elles « doive[nt] faire des tests PCR tous les deux jours pour pou­voir accé­der à un cer­tain nombre d'activités quo­ti­diennes ». Or, le pass sani­taire est en vigueur depuis le 21 juillet pour les lieux de culture et de loi­sirs et aucun assou­plis­se­ment n’a depuis été annon­cé. Nombre de femmes enceintes craignent que l’annonce d’Olivier Véran sur l’ouverture de la vac­ci­na­tion aux femmes enceintes lors de leur pre­mier tri­mestre ait balayé la pro­messe de Gabriel Attal. 

Sarah pointe un autre écueil de ce manque d’éclaircissement : les femmes enceintes dans leur pre­mier tri­mestre et tra­vaillant dans une pro­fes­sion où le pass sani­taire est obli­ga­toire font désor­mais face à la curio­si­té de leurs col­lègues ou de leur patron·ne, s’enquérant du pour­quoi elles ne sont pas vac­ci­nées. « Où est pas­sé le choix de ne rien dire à son employeur durant le pre­mier tri­mestre ? Aux oubliettes, tout comme le res­pect de cha­cun à dis­po­ser de son corps et… de son petit hari­cot ! Va-​t-​on média­ti­ser la culpa­bi­li­té que l'on fait por­ter aux per­sonnes enceintes qui choi­sissent le prin­cipe de pré­cau­tion ? ». Face à ces inco­hé­rences, Laura a tout ten­té. Elle a appe­lé des cabi­nets minis­té­riels, des séna­teurs et des dépu­tés, mais toutes ses sol­li­ci­ta­tions sont res­tées lettre morte. Un dépu­té de la majo­ri­té lui a sug­gé­ré de s’inscrire sur le site ViteMaDose pour avan­cer son rendez-​vous. Contacté par Causette, le Ministère de la Santé n’a quant à lui pas don­né suite. Aucun assou­plis­se­ment géné­ral ne semble donc être pré­vu de si tôt. « On a envie d'être vac­ci­nées, de se pro­té­ger, de pro­té­ger notre enfant et de pro­té­ger les autres mais on peut pas aller plus vite que la musique, conclut Laura. C’est injuste de nous punir, on se sent comme des dom­mages col­la­té­raux et on ne com­prend pas ce silence ».

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés