Le nom des lois, champ de com­mu­ni­ca­tion poli­tique

Les inti­tu­lés de cer­tains pro­jets de loi pro­mettent monts et mer­veilles, au point d’apparaître par­fois en contra­dic­tion avec le conte­nu des textes eux-​mêmes.

HS10 intitulé projets de loi © Camille Besse pour Causette
© Besse

Bardée des cou­leurs natio­nales, la tour Eiffel clai­ronne : « Bienvenue en France ». Munis de ce logo si ori­gi­nal et de ce sym­pa­thique slo­gan, le Premier ministre Édouard Philippe et sa ministre de l’Enseignement supé­rieur, Frédérique Vidal, pré­sentent, en novembre der­nier, le décret actant leur « Stratégie d’attractivité pour les étu­diants inter­na­tio­naux ». Parmi les affrio­lantes mesures : une mul­ti­pli­ca­tion par dix des droits d’inscription à la fac pour les étranger·ères hors Union euro­péenne. Aussi incroyable que cela paraisse, aucun des pontes de la com­mu­ni­ca­tion qui hantent les cou­loirs du pou­voir ne semble avoir vu la contra­dic­tion entre ce cha­leu­reux « Bienvenue en France » et l’augmentation ver­ti­gi­neuse des frais d’études pour les étranger·ères…

Emmanuel Macron et ses ministres ne sont pas les premier·ères à se ser­vir de l’arme régle­men­taire ou légis­la­tive pour dérou­ler leur com­mu­ni­ca­tion poli­tique. Nicolas Sarkozy, en son temps, était pas­sé maître dans l’effet de manche « un fait divers, une loi ». Mais, depuis deux ans, le conte­nu des plans d’action et pro­jets de loi du gou­ver­ne­ment prend[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés