fbpx

Le nom des lois, champ de com­mu­ni­ca­tion politique

Les inti­tu­lés de cer­tains pro­jets de loi pro­mettent monts et mer­veilles, au point d’apparaître par­fois en contra­dic­tion avec le conte­nu des textes eux-mêmes.

HS10 intitulé projets de loi © Camille Besse pour Causette
© Besse

Bardée des cou­leurs natio­nales, la tour Eiffel clai­ronne : « Bienvenue en France ». Munis de ce logo si ori­gi­nal et de ce sym­pa­thique slo­gan, le Premier ministre Édouard Philippe et sa ministre de l’Enseignement supé­rieur, Frédérique Vidal, pré­sentent, en novembre der­nier, le décret actant leur « Stratégie d’attractivité pour les étu­diants inter­na­tio­naux ». Parmi les affrio­lantes mesures : une mul­ti­pli­ca­tion par dix des droits d’inscription à la fac pour les étranger·ères hors Union euro­péenne. Aussi incroyable que cela paraisse, aucun des pontes de la com­mu­ni­ca­tion qui hantent les cou­loirs du pou­voir ne semble avoir vu la contra­dic­tion entre ce cha­leu­reux « Bienvenue en France » et l’augmentation ver­ti­gi­neuse des frais d’études pour les étranger·ères…

Emmanuel Macron et ses ministres ne sont pas les premier·ères à se ser­vir de l’arme régle­men­taire ou légis­la­tive pour dérou­ler leur com­mu­ni­ca­tion poli­tique. Nicolas Sarkozy, en son temps, était pas­sé maître dans l’effet de manche « un fait divers, une loi ». Mais, depuis deux ans, le conte­nu des plans d’action et pro­jets de loi du gou­ver­ne­ment prend[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
brazier suite 6

Eugénie Brazier, la cheffe aux 6 étoiles

Avant d’être une reine auréolée de six étoiles au Michelin, elle fut une gamine en sabots, une jeune fille chassée de chez elle, une travailleuse qui ne comptait pas ses heures, mais surveillait son porte-monnaie.