fbpx
IMG 2525
À la mode. L’art de paraître au XVIIIe siècle, Musée des Beaux-Art de Dijon. ©A.T

Le Musée des Beaux-​Arts de Dijon pré­sente une expo sur les liens entre l'art et la mode au XVIIIe siècle

Le Musée des Beaux-​Arts de Dijon met en paral­lèle, jusqu’au 22 août, cos­tumes et œuvres pic­tu­rales du XVIIIe siècle, sou­li­gnant le dia­logue et l’influence réci­proque entre le monde de l’art et celui de la mode. 

Au siècle des Lumières, des bou­doirs et des per­ruques pou­drées, l’habit fait la nonne, et l’art de paraître prend tout son sens. Le style à la fran­çaise s’impose dans toutes les cours et grandes villes d’Europe et les œuvres pic­tu­rales deviennent les témoins d’une trans­for­ma­tion de la socié­té des Lumières. Une socié­té dans laquelle les élites diri­geantes de l’aristocratie et les classes mon­tantes de la haute-​bourgeoisie riva­lisent d’ailleurs de style et d’audace, dans un désir de séduc­tion et d'affirmation de leur puis­sance. Et cela que ce soit dans leurs tenues ou dans les tableaux qui les repré­sentent. L’exposition tem­po­raire À la mode. L’art de paraître au XVIIIe siècle, pré­sen­tée par le Musée des Beaux-​Arts de Dijon jusqu’au 22 août, remonte le cours des siècles pour nous conter les influences réci­proques entre le monde artis­tique et celui de la mode. 

IMG 2536
À la mode. L’art de paraître au XVIIIe siècle, Musée des Beaux-​Art de Dijon. ©A.T.

Après une pre­mière étape au Musée d’art de Nantes au début de l’année, l’exposition part cette fois à la ren­contre d’un nou­veau public dans l'établissement dijon­nais, qui a réou­vert ses portes en mai 2019 après dix-​sept ans de tra­vaux. « Nous étions à la recherche d'une expo "clé en main", explique auprès de Causette, Sandrine Champion-​Balan, conser­va­trice en chef et co-​commissaire de l’exposition. J'ai appe­lé ma col­lègue du musée de Nantes début 2020 pour lui deman­der si ils avaient réflé­chi à une deuxième étape pour l'expo. Elle m'a répon­du "pour­quoi pas", tout est allé très vite, on a vali­dé le pro­jet en sep­tembre 2020. » L'exposition a ouvert ses portes le 13 mai der­nier et la fré­quen­ta­tion ne désem­plit pas à en croire les dizaines de tou­ristes et groupes sco­laires croi­sées ce 16 juin.

Croiser les regards 

Pourquoi s'être inté­res­sé au siècle des Lumières[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés