Le compteur Linky toujours générateur de tensions

Chaque mois, un chercheur, une chercheuse, nous raconte sa thèse sans jargonner. En 2010, le déploiement national du compteur électrique communicant Linky était officiellement lancé par la société Enedis. Aujourd’hui, cet objet apparemment banal soulève toujours les passions. La sociologue Aude Danieli nous en donne les raisons*.

119  THESE  © Placide Babilon pour Causette
© Placide Babilon pour Causette

Causette : Que reprochent concrètement à Linky les acteur·rices de la contestation ?
Aude Danieli :
Différentes choses. Beaucoup ont peur des risques sanitaires relatifs aux ondes électromagnétiques. Certains craignent que le compteur, qui quantifie finement les volumes de consommation d’électricité, ne « dévoile » leur intimité. Les données pourraient par exemple révéler le nombre de personnes qui se trouvent dans le domicile et à quel moment de la journée.
D’autres redoutent la disparition des emplois de proximité, comme ceux des releveurs de compteurs ou des techniciens, parce que, avec l’introduction du compteur communicant, de nombreuses interventions peuvent désormais être[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés