fbpx
causette 106 seine st denis 2 e1579708588362
© Grégoire Gicquel pour Causette

« Le 93 béné­fi­cie d’une atten­tion "extra­or­di­naire" et souffre d’une désaf­fec­tion ordi­naire »

Chaque mois, un cher­cheur, une cher­cheuse, nous raconte sa thèse sans jar­gon­ner. Wilfried Serisier a tra­vaillé sur les évo­lu­tions géo­po­li­tiques de la Seine-​Saint-​Denis. Et constate que ce dépar­te­ment média­ti­sé vit entre sura­t­ten­tion et désaf­fec­tion.

Causette : Un rap­port par­le­men­taire de mai 2018 déplo­rait « la faillite » d’un État « inéga­li­taire et inadap­té » en Seine-​Saint-​Denis (93). Pourtant, c’est le dépar­te­ment où les ministres sont les plus pré­sents : 2 700 visites offi­cielles en dix ans ! Comment expli­quer cette appa­rente contra­dic­tion ?
Wilfried Serisier : En Seine-​Saint-​Denis, l’État décline sa pré­sence de manière para­doxale. Le dépar­te­ment béné­fi­cie d’une atten­tion « extra­or­di­naire » et souffre, dans le même temps, d’une désaf­fec­tion ordi­naire. L’État extra­or­di­naire se mani­feste par ces visites minis­té­rielles : presque une par jour ! Et elles mobi­lisent et para­lysent des ser­vices publics à chaque fois… L’État extra­or­di­naire, c’est aus­si l’implantation de grands équi­pe­ments, comme le[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés