fbpx

Latifa Oulkhouir : pour par­ler des quar­tiers, « par­fois, les médias devraient plus deman­der conseil au Bondy Blog »

copyright geraldine aresteanu
Latifa Oulkhouir. © Géraldine Aresteanu

Quinze ans après sa créa­tion, pen­dant les révoltes de 2005, le Bondy Blog conti­nue d’informer sur le quo­ti­dien des quar­tiers popu­laires. À l’occasion de cet anni­ver­saire, le « BB » vient de publier Jusqu’à quand ?, bilan de toutes ces années de tra­vail. Sa direc­trice, Latifa Oulkhouir, répond à nos questions.

Le 27 octobre 2005 mour­raient Zyed et Bouna, cachés dans un trans­for­ma­teur EDF après avoir vou­lu fuir la police. Dans la fou­lée démar­raient les révoltes de 2005, pour dénon­cer le sort des quar­tiers popu­laires et le racisme struc­tu­rel que subissent ses habitant·es. C’est là qu’une bande de jour­na­listes s’est ins­tal­lée à Bondy, pour trai­ter le sujet en pro­fon­deur, sur le temps long, et offrir un regard dif­fé­rent sur les quar­tiers popu­laires. Venait de naître le Bondy Blog. Quinze ans plus tard, le recueil Jusqu’à quand ? fait le bilan sur le tra­vail accom­pli par le « BB ». Causette a pu inter­ro­ger sa direc­trice, Latifa Oulkhouir.

insta offre etudiante

Causette : Depuis les révoltes de 2005 et la créa­tion du Bondy Blog, les médias fran­çais ont-​ils chan­gé leur regard sur les quar­tiers popu­laires ?
Latifa Oulkhouir : D’un point de vue géné­ral, je ne pense pas. En revanche, il y a des ini­tia­tives de repor­tages, de recru­te­ments, d’approches, qui montrent une volon­té de faire évo­luer le trai­te­ment média­tique réser­vé aux quar­tiers. Par exemple, Libération fait cer­tains papiers dif­fé­rem­ment. Dans leur cel­lule Check News notam­ment, avec le tra­vail de Ramsès Kefi, qui redonne le droit à la nor­ma­li­té des quar­tiers. Mediapart, aus­si, sort du sen­sa­tion­na­lisme, de même que Society sur cer­tains aspects. On peut aus­si par­ler de l’impact des réseaux sociaux avec les comptes Instagram des plus jeunes qui, bien sou­vent, per­mettent d’entendre un autre son[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés