Lætitia, éducatrice au secours des ados difficiles

Chaque mois, on demande à quelqu’un·e pourquoi il ou elle se lève le matin. La réponse en dessins. 

Lætitia Cuzon est éducatrice pour la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) depuis dix ans. Elle travaille aux services territoriaux éducatifs de milieu ouvert (Stemo), à l’unité éducative de milieu ouvert (Uemo Friant), qui couvre les arrondissements du Sud parisien. Elle suit des jeunes faisant l’objet de mesures éducatives sur décision d’un juge pour tenter d’éviter de les voir un jour passer par la case prison. Et si possible pour redistribuer un peu les cartes « chance ».

Il est 9 heures à l’unité éducative d’hébergement collectif (UEHC) de Meaux (Seine-​et-​Marne) où a été placé le jeune Mehdi*. La réunion de synthèse le concernant peut commencer. Autour de la table, l’éducatrice référente du jeune pendant les six mois qu’il passera au foyer, la psychologue, l’assistante sociale (AS) et Lætitia. Mehdi, c’est « son » jeune, elle le suit depuis deux ans. Mehdi a été placé à l’UEHC, il y a un[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
secouer

Enfance maltraitée : prendre le mal à la racine

Avant que le gouvernement dévoile le second volet de son Pacte pour l’enfance, qui s’attèlera à la maltraitance infantile, Causette a rencontré des acteurs·trices de terrain qui côtoient ces petites victimes et s’est penchée sur les solutions à...