fbpx
Publicité

La sexologie d’arrière-grand-maman

Chaque mois, un chercheur, une chercheuse, nous raconte sa thèse sans jargonner. Celle de Pauline Mortas* porte sur la naissance des premiers sex-​shops. Façon catalogues La Redoute du cul, ils vendaient aussi bien des accessoires consacrés au plaisir que des solutions contre les dysfonctions sexuelles. Où l’on apprend qu’il était d’ailleurs plus simple de parler vaginisme et préservatifs féminins qu’aujourd’hui !

sapin
© Placide Babilon pour Causette

Causette : À quoi ressemblaient les premiers magasins d’accessoires sexuels ? 
Pauline Mortas : Mes recherches montrent qu’il existe un genre de sex-​shops par correspondance dès les années 1870. C’étaient les mêmes personnes qui vendaient des pilules contre l’impuissance, des contraceptifs, des « remèdes pour faire revenir les règles » – des abortifs déguisés – et des sex-​toys. On pouvait aussi trouver des « solutions virginales », des produits astreignants pour resserrer le vagin et simuler la virginité. Ou des boulettes de sang séché à insérer dans le vagin pour faire semblant que c’était la première fois. 
Les vendeurs de biens sexuels exerçaient des professions très différentes. J’ai par exemple découvert[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
Final LesbianConsent

Violences sexuelles : entre femmes aussi

S’assurer que l’autre est d’accord, respecter son refus sans insister. Le consentement sexuel est une notion encore loin d’être acquise. Et cela ne vaut pas que pour les hétérosexuels. Les lesbiennes et les bisexuelles peuvent aussi être auteures ou...