fbpx

La san­té men­tale, dom­mage col­la­té­ral de la Covid-​19

Troubles du som­meil, anxié­té, dépres­sion… Annoncées lors du confi­ne­ment, les consé­quences sur le long terme de la crise de la Covid-​19 sur l’état psy­chique de nombre d’entre nous com­mencent à se des­si­ner. À l’occasion de la Journée mon­diale de la san­té men­tale, ce 10 sep­tembre, Causette fait le point, auprès des professionnel·les de san­té, pour qui la dégra­da­tion de l’état men­tal des Français·es n’est plus seule­ment théo­rique.

white and brown flower petals
© Priyanka Singh

« Il y a trois semaines, je me suis effon­drée chez mon méde­cin géné­ra­liste à son simple et banal “ça va ?”. » Comme de nombreux·ses Français·es, Lucie, maman solo de jumelles de 4 ans, a consta­té des chan­ge­ments liés à son bien-​être men­tal depuis le début de la pan­dé­mie de Covid-​19. Annoncée et vécue par certain·es dès le début du confi­ne­ment, la dégra­da­tion de l’état psy­chique géné­ral de la popu­la­tion est aujourd’hui véri­fiée dans les retours ter­rain des psy­chiatres, qui reçoivent nombre de patient·es dont les troubles sont liés à la Covid, comme dans les son­dages réa­li­sés sur le long terme, à l’occasion de la Journée mon­diale de la san­té men­tale qui se tient ce same­di 10 octobre. Ainsi, selon un son­dage mené par l’Ifop pour l’application de médi­ta­tion Headspace et publié le 8 octobre, 62 % des Français·es estiment ren­con­trer des effets secon­daires psy­chiques de l’épidémie de Covid.

Un chiffre qui n’étonne par les professionnel·les de san­té men­tale. « Même si on n’a encore peu de don­nées pré­cises et récentes sur les consé­quences psy­chiques du Covid-​19, on voit clai­re­ment qu’une nou­velle frange de la popu­la­tion, sans anté­cé­dent psy­chia­trique, consulte pour des troubles men­taux », indique la psy­chiatre et épi­dé­mio­lo­giste Astrid Chevance à Causette.

De nom­breux troubles men­taux liés à la Covid-​19

Angoisse per­ma­nente, peur de tom­ber malade ou qu’un proche le soit, trouble du som­meil, agi­ta­tion, dépres­sion, pen­sées sui­ci­daires, nom­breux sont ain­si les troubles men­taux liés direc­te­ment à la Covid-​19. « On a éga­le­ment vu appa­raître des troubles liés à des causes indi­rectes de la mala­die, comme la perte de lien social, l’incertitude liée à l’avenir, la pré­ca­ri­té et un déclas­se­ment social et finan­cier », énu­mère Antoine Pelissolo. À son niveau, le chef du ser­vice de psy­chia­trie de l’hôpital Henri-​Mondor de Créteil a vu se mul­ti­plier les consul­ta­tions liées de près ou de loin à la Covid.

Pour les professionnel·es de san­té interrogé·es, par­mi tous les troubles men­taux obser­vés depuis le début de la pan­dé­mie, les troubles du som­meil sont les plus récur­rents. « Ils peuvent paraître ano­dins, mais ne sont pour­tant pas à prendre à la légère, assure Astrid Chevance. Un manque fré­quent de som­meil entraîne un trouble de l’humeur, du stress, allant par­fois même jusqu’à la dépres­sion. » C’est le cas d’Alice, 32 ans, res­pon­sable d’équipe dans un éta­blis­se­ment de san­té et qui souffre, pour la pre­mière fois de sa vie, de troubles du som­meil depuis trois semaines. « Cinq nuits sur sept, je me réveille en sur­saut et il m’est impos­sible de me ren­dor­mir, car j’angoisse », déplore celle qui avait pour­tant tenu bon depuis mars. Mais alors que l’épidémie semble repar­tir de plus belle, Alice res­sent une anxié­té à « prendre sur elle » pour ras­su­rer l’équipe de soi­gnants qu’elle encadre et qui est tout aus­si angois­sée.

« La crise met à mal éga­le­ment une des carac­té­ris­tiques des socié­tés occi­den­tales, le déni de la mort »

Bertrand Lièvre, psy­chiatre et membre du conseil d’administration de Santé men­tale France

Le carac­tère inédit de la crise de la Covid-​19, sa durée ain­si que son ampleur désta­bi­lisent la popu­la­tion et bou­le­versent com­plè­te­ment nos fon­da­men­taux socié­taux. « La pré­vi­si­bi­li­té et la sta­bi­li­té du lien social sont tota­le­ment ébran­lées, sou­ligne Xavier Briffault, cher­cheur en sciences sociales spé­cia­liste en san­té men­tale et épis­té­mo­lo­gie au CNRS. Pour beau­coup de per­sonnes, il est très dif­fi­cile de ne plus pou­voir anti­ci­per la vie sociale et le futur. » Mais l’épidémie ne fra­gi­lise pas uni­que­ment le lien social. « La crise met à mal éga­le­ment une des carac­té­ris­tiques des socié­tés occi­den­tales, le déni de la mort, ajoute Bertrand Lièvre, psy­chiatre et membre du conseil d’administration de Santé men­tale France. L’épidémie plonge une très grande par­tie de la popu­la­tion dans une incer­ti­tude qua­si per­ma­nente. »

Les psy­chiatres s’accordent sur un autre point : la Covid agit comme un révé­la­teur des fra­gi­li­tés de cer­tains. « La Covid-​19 m’a per­mis de prendre conscience de ma fra­gi­li­té men­tale, abonde Simon, 24 ans, tra­vailleur social et diag­nos­ti­qué hyper­ac­tif plus jeune. Une grande fatigue men­tale s’est ins­tal­lée après le confi­ne­ment avec une impos­si­bi­li­té de reprendre un rythme nor­mal. » Après avoir enchaî­né les crises d’angoisses et les arrêts de tra­vail pour dépres­sion, Simon a pris rendez-​vous, il y a quatre mois, chez une psy­chiatre spé­cia­li­sée dans les troubles de l’attention… qui ne pour­ra le rece­voir qu’en novembre, son plan­ning étant satu­ré.

Chez les per­sonnes déjà sui­vies en psy­chia­trie, si la situa­tion s’est aggra­vée pour certain·es, elle a pu agir sur d’autres comme un sta­bi­li­sa­teur. « De par leurs patho­lo­gies, cer­tains patients sont déjà confi­nés en per­ma­nence dans des ins­ti­tu­tions, c’est donc moins bou­le­ver­sant », sou­ligne la psy­chiatre Astrid Chevance. Pour d’autres, la crise et le confi­ne­ment sont même un « sou­la­ge­ment ». « Une de mes patientes atteintes de pho­bie sociale m’a confié que le confi­ne­ment était l’un des plus beaux moments de son exis­tence », exprime ain­si Bernard Lièvre. Certain·es patient·es souf­frant de TOC* sévères liés à la peur de la conta­mi­na­tion se sentent éga­le­ment en sécu­ri­té avec les nou­velles normes d’hygiènes et la mise en place des télé­con­sul­ta­tions.

« Quand la mala­die tue, il est nor­mal d’avoir peur »

Antoine Pelissolo, psy­chiatre

Par contre, selon Antoine Pelissolo, les per­sonnes un peu trop zélées sur les tests PCR, qui y retournent plu­sieurs fois par semaine, ne sont pas toutes subi­te­ment atteintes d’hypocondrie. « Quand la mala­die tue, il est nor­mal d’avoir peur », observe-​t-​il.

Dans ce moment si par­ti­cu­lier que nous tra­ver­sons, les peurs liées à la mala­die s’entrechoquent pour beau­coup avec les anxié­tés nées d’une pré­ca­ri­té gran­dis­sante. En effet, si le taux de pau­vre­té de 2020 ne sera connu que dans quelques mois, déjà les asso­cia­tions craignent qu’un mil­lion de per­sonnes ne viennent s’ajouter aux 9,3 mil­lions de Français·es vivant sous le seuil de pau­vre­té en 2019. Perte de reve­nus, dis­tri­bu­tions ali­men­taires et béné­fi­ciaires du RSA en hausse, l’impact social de la crise liée à la Covid pèse lour­de­ment sur la san­té men­tale des Français·es. « Le déclas­se­ment social et finan­cier entraîne une fra­gi­li­té psy­cho­lo­gique impor­tante », appuie le socio­logue Xavier Briffault.

Lucie, la maman des jumelles, fait par­tie de ces mil­liers de Français·es dont le quo­ti­dien a plon­gé dans la pré­ca­ri­té. « J’ai dû arrê­ter mon acti­vi­té d’énergéticienne, que je venais tout juste de débu­ter, et je n’ai plus aucune moti­va­tion pour me lan­cer dans la recherche d’emploi, confie la jeune femme de 40 ans à Causette. Je suis désor­mais au RSA et je vis dans un cer­tain fata­lisme. La phrase “à quoi bon ?” résonne très sou­vent dans ma tête. » Lucie, qui voyait une psy­cho­logue avant l’épidémie, a dû arrê­ter, car elle lui reve­nait trop cher. Elle s’est donc tour­née vers un cabi­net libé­ral de psy­chia­trie, dont les consul­ta­tions médi­cales sont, elles, rem­bour­sées.

Quand se rendre au tra­vail devient une source d’angoisse

Dans cette période anxio­gène, conti­nuer à tra­vailler peut être tout aus­si angois­sant que de perdre son emploi. Léonie, 25 ans, tra­vaille dans un hôtel de luxe pari­sien. Ce der­nier a rou­vert presque immé­dia­te­ment lors du décon­fi­ne­ment, le 11 mai, mais avec une grande par­tie de l’équipe demeu­rée au chô­mage par­tiel. Les dix employé·es restant·es ont dû pal­lier les absences. « Ça fait cinq mois que je fais toute seule le tra­vail de quatre per­sonnes, témoigne Léonie. La direc­tion nous met une pres­sion constante pour que l’hôtel tourne à tout prix, je culpa­bi­lise même quand je vais aux toi­lettes, car le télé­phone conti­nue de son­ner et je suis la seule pour répondre. » À bout men­ta­le­ment et phy­si­que­ment, la jeune femme doit faire face à la pres­sion de sa direc­tion, mais éga­le­ment à l’incivilité des clients. « Ils s’attendent à ce que tout rede­vienne comme avant, cer­tains font des scan­dales, car on ne peut plus tou­cher leurs bagages [en rai­son des gestes bar­rières, ndlr], d’autres refusent même de por­ter le masque et nous le jettent en pleine figure. » Un com­por­te­ment qui a pous­sé Léonie à hur­ler sur une cliente il y a un mois. « Les dis­cours de la direc­tion changent toutes les semaines, je vais au tra­vail avec la peur d’être virée dans six mois. »

L’instabilité au tra­vail va d’ailleurs de pair avec l’instabilité glo­bale qui règne depuis le mois de mars. « La com­mu­ni­ca­tion du gou­ver­ne­ment sur la Covid-​19 est désas­treuse, affirme le socio­logue Xavier Briffault. On a l’impression d’entendre inlas­sa­ble­ment “dans quinze jours, ça ira mieux”, sauf qu’ensuite, non, cela ne s’arrange pas. Cette stra­té­gie court-​termiste des auto­ri­tés, dont l’optimisme ne se véri­fie pas, engendre de l’anxiété et pro­voque des trau­ma­tismes addi­tion­nels. »

« La san­té men­tale devient un dom­mage col­la­té­ral de la crise qu’il faut tolé­rer puisque nous sommes en guerre »

Xavier Briffault, socio­logue

Dans notre socié­té, il y a une cer­taine honte à ne pas aller bien. Comme si on pou­vait avoir mal à la tête, mais pas « dans la tête ». D’ailleurs, aux yeux des professionnel·les de san­té interrogé·es par Causette, la Covid-​19 a révé­lé que la san­té men­tale est tou­jours le der­nier maillon de la méde­cine fran­çaise. « Dans cette réa­li­té énon­cée que la mala­die tue, la san­té men­tale devient un dom­mage col­la­té­ral de la crise qu’il faut tolé­rer puisque nous sommes en guerre, selon les mots du pré­sident », dénonce Xavier Briffault. Un délais­se­ment qui s’accompagne d’une stig­ma­ti­sa­tion des troubles men­taux, selon la psy­chiatre Astrid Chevance, spé­cia­li­sée dans les dépres­sions. « C’est soit per­çu comme de la déviance, soit comme un manque de volon­té. »

En cette Journée mon­diale de la san­té men­tale, les psy­chiatres et autres professionnel·les de san­té s’accordent à poin­ter un cruel manque de moyens pour la san­té men­tale en France et aime­raient qu’elle devienne un sujet de pré­oc­cu­pa­tion. Une réforme de la pro­fes­sion, les rem­bour­se­ments des psy­cho­thé­ra­pies, l’augmentation des télé­con­sul­ta­tions amor­cées pen­dant le confi­ne­ment, l’ouverture de postes dans des régions sinis­trées médi­ca­le­ment, mais éga­le­ment des cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion et de pré­ven­tion autour de la san­té men­tale sont autant de vœux que for­mulent ces professionnel·les de san­té. En ce sens, le marasme de la Covid a per­mis une petite ouver­ture : « Durant le confi­ne­ment, observe Astrid Chevance, on a beau­coup par­lé de san­té men­tale, dans les médias comme dans les conver­sa­tions avec nos proches, parce que tout le monde a pu mesu­rer les risques de l’enfermement. » L’enjeu est aujourd'hui de ne pas la faire se refer­mer.


* Trouble obses­sion­nel com­pul­sif carac­té­ri­sé par l’apparition répé­tée de pen­sées intru­sives.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés