La « fouloscopie » : psychosociologie de la foule

99 Mehdi Moussaid © Grégoire Gicquel pour Causette
© Grégoire Gicquel pour Causette

Chaque mois, un chercheur, une chercheuse, nous raconte sa thèse sans jargonner. Mehdi Moussaïd a soutenu la sienne, en 2010, sur l’étude expérimentale et la modélisation des déplacements collectifs de piétons. Aujourd’hui, il se consacre à la « fouloscopie », une discipline qui emprunte autant à la psychologie sociale qu’à la mécanique des fluides. 

Causette : Quelle espèce mystérieuse étudiez-​vous ?
Mehdi Moussaïd : J’ai commencé à étudier les foules dans un laboratoire d’éthologie 2, entouré de biologistes. Les autres se concentraient sur les animaux : les troupeaux de moutons, les bancs de poissons, les colonies de fourmis, moi sur les gens. Tous ces systèmes appartiennent finalement à la même grande famille, celle des systèmes complexes. Mes collègues partent en forêt pour observer des groupes de chimpanzés, moi, je vais en ville. 

À quoi s’apparente le plus un ensemble d’humains ?
M. M. : Tout dépend de la taille de l’ensemble. Si nous ne sommes que peu nombreux, nous allons seulement ressembler à nous-​mêmes, de simples humains. Plus nombreux, on va s’apparenter à des groupes d’animaux[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
annick niquet

Petite histoire du mot « camionneuse »

Camionneur est une des professions qui, par la magie du patriarcat, devient une insulte au féminin. Eli Flory, autrice, raconte la fabrique de ce cliché et comment les lesbiennes en ont fait un outil de lutte.

Tns 092 e1580743602106

Dans les coulisses du Théâtre national de Strasbourg

Chaque mois, on demande à quelqu’un·e pourquoi il ou elle se lève le matin. La réponse en dessins.  Sur le plateau de la salle Koltès du Théâtre national de Strasbourg (TNS), le ballet des techniciens peut sembler confus, mais chaque geste y a...