fbpx
CAUSETTE GREFFE COLO 2.1
© Grégoire Gicquel pour Causette

La face cachée des greffes de visage

Chaque mois, un chercheur, une chercheuse, nous raconte sa thèse sans jargonner. « Ce que charrie la chair », thèse de sociologie, soutenue en 2018 par Marie Le Clainche-​Piel, étudie le rapport de nos sociétés aux corps et à la matière organique humaine en s’attachant aux greffes de visage. 

Causette : Depuis quand pratique-​t-​on des greffes de visage ?

Marie Le Clainche-​Piel : Ce qu’on appelle « transplantation faciale » implique le prélèvement de la face d’un·e défunt·e – un·e donneur·se ­d’organes – et sa greffe sur une personne défigurée. La première a été réalisée par une équipe française en 2005, à Amiens [Somme, ndlr]. La patiente, Isabelle Dinoire, a reçu une greffe du nez, des lèvres et du menton. Depuis 2005, une quarantaine de greffes ont été réalisées dans le monde.

Toutes les parties du corps sont-​elles greffables ? Un visage est-​il un organe ?

M. L. C.-P. : Cette idée que le corps est un ensemble de parties détachables et remplaçables est assez récente. La thérapeutique des[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Articles liés
annick niquet 1

La “camionneuse”, histoire d’un cliché

Les clichés hétéros vont jusqu’à faire de « camionneuse » un pur synonyme – péjoratif – de « lesbienne ». Mais au fait, d’où vient ce terme ? Et pourquoi il est un cliché sur pattes ? « J’écris de chez...

116 la these karim charredib placide babilon pour causette

Ce que les zombies disent de nous

Quand on a vu qu’un festival de philosophie sur la Zombie Theory* était organisé cet automne, on n’a pas résisté à l’envie d’interroger l’un des participants, Karim Charredib.