CAUSETTE GREFFE COLO 2.1
© Grégoire Gicquel pour Causette

La face cachée des greffes de visage

Chaque mois, un chercheur, une chercheuse, nous raconte sa thèse sans jargonner. « Ce que charrie la chair », thèse de sociologie, soutenue en 2018 par Marie Le Clainche-​Piel, étudie le rapport de nos sociétés aux corps et à la matière organique humaine en s’attachant aux greffes de visage. 

Causette : Depuis quand pratique-​t-​on des greffes de visage ?

Marie Le Clainche-​Piel : Ce qu’on appelle « transplantation faciale » implique le prélèvement de la face d’un·e défunt·e – un·e donneur·se ­d’organes – et sa greffe sur une personne défigurée. La première a été réalisée par une équipe française en 2005, à Amiens [Somme, ndlr]. La patiente, Isabelle Dinoire, a reçu une greffe du nez, des lèvres et du menton. Depuis 2005, une quarantaine de greffes ont été réalisées dans le monde.

Toutes les parties du corps sont-​elles greffables ? Un visage est-​il un organe ?

M. L. C.-P. : Cette idée que le corps est un ensemble de parties détachables et remplaçables est assez récente. La thérapeutique des[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
nounours

Migrants : bébés sous les verrous

Contrairement à l’administration Trump, l’État français ne sépare pas les enfants migrants de leurs parents. Mais il les met derrière les barreaux. Le 4 avril, en Gironde, un couple et ses cinq enfants – le plus jeune avait 3 semaines –...