clous a
© Camille Besse

La désobéissance, accélérateur de droits humains

Initié au milieu du XIXe siècle, diffusé par Gandhi puis par Martin Luther King, le concept de désobéissance civile, s’il a évolué, a toujours gardé le même fondement. Directrice de recherche en science politique au CNRS, Sylvie Ollitrault revient sur l’histoire et la pratique de ce mouvement social.

Causette : D’où vient le concept de désobéissance civile ?
Sylvie Ollitrault : 
Il remonte au milieu du XIXe siècle. Dans un texte fondateur, l’auteur états-​unien Henry David Thoreau a d’abord parlé de résistance civile. Refusant de payer la taxe qui finançait la guerre que les États-​Unis livraient au Mexique, Thoreau s’est retrouvé en prison [en 1846, ndlr]. L’auteur a alors développé l’idée que si un citoyen estime une loi injuste, inique ou contraire à sa morale, il est en droit de ne pas l’appliquer, de la contester ou de l’enfreindre. Au gré des publications, la résistance civile est devenue la désobéissance civile. Le contexte général est alors marqué par la lutte[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
CAUSETTE HAPPY MANAGEMENT

Le « happiness management », de la pure com

Pour Florent Bonnel, consultant en ressources humaines, ces politiques très en vogue de bien-​être au travail sont à côté de la plaque. Dans ses travaux de thèse*, il a démontré, entre autres, que le bien-​être professionnel repose sur des actions...