La "camion­neuse", his­toire d'un cli­ché

Les cli­chés hété­ros vont jusqu’à faire de « camion­neuse » un pur syno­nyme – péjo­ra­tif – de « les­bienne ». Mais au fait, d'où vient ce terme ? Et pour­quoi il est un cli­ché sur pattes ?

annick niquet 1
© Serge Picard

« J’écris de chez les moches, pour les moches, les vieilles, les camion­neuses […], toutes les exclues du grand mar­ché à la bonne meuf. » Dans la mythique tirade de King Kong Théorie, c’est dans l’un des paran­gons de la « femme tou­jours trop tout », et sur­tout, « trop virile », que se retrouve Virginie Despentes : la figure de la camion­neuse. Cliché sur pattes – qui désigne les femmes du genre Marie-​Jo dans Gazon mau­dit, che­veux courts, clope au bec, gros polo à col et sou­vent les­bienne –, il a fini par être réap­pro­prié[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
nicolas rainteau 18

Nicolas Rainteau, le schi­zo­frère

À Montpellier, un jeune psy­chiatre milite pour le droit des schi­zo­phrènes à avoir une vie nor­male. À coups de tweets, de tri­bunes et de confé­rences, il dés­in­tègre les cli­chés sur la mala­die. Quitte à bous­cu­ler l’ordre éta­bli. Un après...