fbpx

Je suis bien-pensant·e… et je vous emmerde !

Éloge de la bien­veillance et du vivre-​ensemble par Jeanne Cherhal, Ariane Ascaride, Lauren Bastide et Laurent Sciamma.

″Qu’on m’appelle The BP !”

Jeanne Cherhal

Chanteuse, en tour­née pour son album L’An 40. 

« Il y a une dizaine d’années, dans une émis­sion de radio, je racon­tais de bon matin ce à quoi j’occupais alors mon temps : les répé­ti­tions d’un spec­tacle one shot à l’Institut des cultures d’Islam, dans lequel j’étais toute tour­ne­bou­lée, car je don­nais, le temps d’une lec­ture du Majnoun Layla, la réplique à Jean-​Claude Carrière (ce qui me met­tait une chair de poule d’honneur). La jour­na­liste qui m’interviewait, sans doute aga­cée par l’œcuménisme benêt avec lequel je m’enflammais pour ces nuits du rama­dan, m’avait alors deman­dé : “Et donc vous assu­mez d’être BP ?” BP ?… J’étais res­tée bête en me deman­dant ce qui pou­vait bien se cacher der­rière ces ini­tiales mys­té­rieuses. Bonne Poire ? Blanche Porte ? Bras de Poulet ? C’était Bien-​Pensante. Moi qui suis une déso­lante adepte de la RR (la Répartie à Retardement), j’avais raté le coche et bafouillé une réponse embar­ras­sée : “Euh… eh bien… oui ?…” Allons allons, Cherhal… C’est un peu court ! Rewind et pré­ci­sion : si être BP, c’est chan­ter les splen­deurs de la poé­sie arabe à la Goutte‑d’Or et en être fière, je suis BP, c’est évident. Si être BP, c’est être hor­ri­fiée face à l’homme blanc de 70 ans qui pro­fère iro­ni­que­ment que lui, “il viole sa femme tous les soirs”, sous pré­texte qu’on ne peut plus rien dire, qu’on m’appelle The BP ! Si c’est deve­nir très aga­çante en jouant la pasio­na­ria soro­rale, les bras en croix, au moindre soup­çon de miso­gy­nie, quitte à me prendre un scud du genre : “Allez arrête avec tes grands airs !”, alors oui, je le suis, et plu­tôt deux fois qu’une ! Si c’est sur­sau­ter[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
portrait of marguerite of navarre c. 1527. artist clouet jean c. 1485 1541

Marguerite de Navarre, fine fleur de la Renaissance

Celle que les poètes surnommaient la « Marguerite des Marguerites » est l’une des femmes les plus brillantes de la Renaissance. Sœur aînée de François Ier, duchesse d’Alençon puis reine de Navarre, elle exercera une grande influence politique...

Écrit par Anna Cuxac