fbpx
hotel L severine sajous
Amoin s’occupe des petits jumelles de 5 mois, nées au Centre L et demande l'asile pour eviter l'excision pratiquée dans son pays. © Severine Sajous

Hébergement d’urgence : dans un ancien hôtel de luxe, des femmes et leurs enfants se reconstruisent

La vie a repris au cœur d’un ancien hôtel cinq étoiles pari­sien fer­mé pour cause de pan­dé­mie. Transformé par l’association CASP en centre d’hébergement d’urgence, l’hôtel L accueille depuis mai et pour un an, 142 per­sonnes, femmes et enfants, en situa­tion de grande précarité. 

« Merci pour le lit, mer­ci pour la chambre » s’exclame Myriam* quand elle aper­çoit la direc­trice du centre d'hébergement d’urgence dans l’embrasure de sa porte. « Merci pour les cadeaux » ajoute-​t-​elle tout en net­toyant les miettes que son fils a épar­pillé sur la moquette de l’Hôtel L. Des éclats de rire résonnent. « Pourquoi vous riez ? » s’étonne la femme dont un fou­lard jaune recouvre les che­veux. « Parce que vous dites la même chose à chaque fois que vous me croi­sez , répond la direc­trice Aurélie El Hassak-​Marzorati. Merci à vous pour votre sourire. »

Myriam est héber­gée depuis six mois dans ce centre d’accueil pour femmes et enfants en situa­tion de pré­ca­ri­té, situé au cœur du IXème arron­dis­se­ment, à deux pas de l’opéra Garnier. Dans une chambre spa­cieuse aux murs blancs, aux mou­lures appa­rentes et à la grande hau­teur sous pla­fond, elle dort dans un lit double. Intercalé entre ce der­nier et de grandes fenêtres don­nant sur un bal­con­net, se trouve le lit de son petit gar­çon de cinq ans. Dans la même pièce, une porte donne sur une salle de bain indi­vi­duelle, luxe peu com­mun aux héber­ge­ments d’urgence. Et pour cause : ce confort est celui d’un ancien hôtel cinq étoiles, réin­ves­ti depuis le mois de mai par l’association CASP (Centre d’Action Sociale Protestant). Cette asso­cia­tion recon­nue d’utilité publique gère 70 lieux d’hébergement d’urgence en Ile-​de-​France, mais celui-​ci se dif­fé­ren­cie des centres classiques.

hotel L severine sajous 2
Vue sur l’opéra depuis la chambre 501 où vit Henriette et ses deux jumeaux de 3 ans et son aîné de 6 ans.
Deux de ses enfants sont atteints d'autisme. © Severine Sajous

Rien, de l’extérieur, ne laisse pré­sa­ger que cet immeuble hauss­man­nien accueille aujourd’hui 80 femmes dans le besoin et leurs 62 enfants. Pourtant, à la suite de la fer­me­ture du palace à cause de la pan­dé­mie de Covid-​19, le bâti­ment a été rache­té par la socié­té pri­vée Assembly. Ce ges­tion­naire de patri­moine immo­bi­lier a sou­hai­té mettre le lieu à dis­po­si­tion d’un public de « femmes en grande vul­né­ra­bi­li­té », pour une durée déter­mi­née par avance : un an. 

Une année pour se reconstruire

Douze mois, cela peut paraître court, mais le pro­prié­taire a un autre projet[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Final LesbianConsent

Violences sexuelles : entre femmes aussi

S’assurer que l’autre est d’accord, respecter son refus sans insister. Le consentement sexuel est une notion encore loin d’être acquise. Et cela ne vaut pas que pour les hétérosexuels. Les lesbiennes et les bisexuelles peuvent aussi être auteures ou...