fbpx
98 harcelement Crous Benjamin Courtault pour Causette
© Benjamin Courtault pour Causette

Harcèlement : enquête en Crous

Deux plaintes. Trois mains cou­rantes. Et l’ouverture d’une enquête pré­li­mi­naire de police… Des étu­diantes dénoncent, depuis plus d’un an, le com­por­te­ment abu­sif d’un agent du Crous, logé dans leur rési­dence.

Intrusions dans leurs chambres, remarques salaces, cou­pures d’électricité en repré­sailles… Pendant plu­sieurs années, des étu­diantes d’une rési­dence du Centre régio­nal des œuvres uni­ver­si­taires et sco­laires (Crous) de Paris, située au 9 rue Delaitre, dans le XXe arron­dis­se­ment, auraient été vic­times d’un de ses agents logé dans le même bâti­ment. Après des mois, voire des années de silence, trois d’entre elles ont fini par le signa­ler à la police. Le 17 juillet 2017, Julie* se rend au com­mis­sa­riat du XXe arron­dis­se­ment pour dépo­ser une main cou­rante pour har­cè­le­ment. Le 22 sep­tembre 2017, Karine* fait de même, puis finit par por­ter plainte le 13 jan­vier 2018 pour har­cè­le­ment moral. Quelques jours plus tard, le 17 jan­vier 2018, c’est Lola* qui dépose une main cou­rante, là encore pour har­cè­le­ment. Puis c’est au tour de Julie de por­ter plainte, le 31 jan­vier 2018, pour « har­cè­le­ment d’une per­sonne vul­né­rable », comme le pré­cise le procès-​verbal d’audition. 

Ces jeunes femmes, qui ne se connais­saient pas au moment des faits, et ce alors qu’elles vivaient au même endroit des situa­tions iden­tiques, ont toutes habi­té dans cette rési­dence entre 2015 et 2018. Et leurs plaintes visent toutes le même homme : un cadre de cet éta­blis­se­ment public, logé dans leur bâti­ment. Alertée par les étu­diantes, la police a ouvert, depuis la fin de l’année 2018, une enquête pré­li­mi­naire. La poli­cière que nous avons inter­ro­gée n’a pas sou­hai­té com­men­ter cette affaire en cours, mais a néan­moins qua­li­fié les faits rap­por­tés par les jeunes femmes enten­dues de « très graves ».

L’homme soup­çon­né d’être l’auteur de ces actes est char­gé de mis­sion héber­ge­ment au Crous de Paris, âgé d’une soixan­taine d’années, et béné­ficie d’un loge­ment de fonc­tion au 9 rue Delaitre. Il pilote la ges­tion maté­rielle et finan­cière des rési­dences étu­diantes et ­s’occupe de leur ani­ma­tion. Un poste qui lui a per­mis, jusqu’en 2017, d’être char­gé du recru­te­ment des tuteurs et tutrices des dif­fé­rentes rési­dences du Crous, des étudiant·es censé·es faire le lien entre leurs condis­ciples et le per­son­nel admi­nis­tra­tif de l’institution.

Intrusions à répé­ti­tion
98 harcelement Crous 1 ©Benjamin Courtault pour Causette
© Benjamin Courtault
pour Causette

La ving­taine de résident·es passé·es par ce lieu que nous avons pu ren­con­trer nous ont décrit un cli­mat mal­sain. Et toutes et tous, dès leur arri­vée dans ­l’immeuble, se sont interrogé·es sur les attri­bu­tions réelles de cet homme, en poste depuis le mois de jan­vier 2011. L’agent,[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés