fbpx

Enquêtes cri­mi­nelles : l’homme qui fai­sait vibrer les cadavres

Chaque mois, un cher­cheur, une cher­cheuse, nous raconte sa thèse sans jar­gon­ner. Pour aider la police dans l’ouverture d’une enquête cri­mi­nelle, Arthur Angermuller, doc­to­rant en génie élec­trique à CY Cergy Paris Université, étu­die une nou­velle méthode de data­tion des corps. Finie la chi­mie et bon­jour l’acoustique, ou quand les os vibrent sur des sons. 

impression
© Grégoire Gicquel pour Causette

Causette : Quelle est la pro­cé­dure actuelle de prise en charge des cadavres lors de crimes ? 
Arthur Angermuller : En moyenne, il y a une ving­taine de cadavres qui sont décou­verts chaque année en France et qui demandent à être datés pour des affaires cri­mi­nelles. La police va com­men­cer une enquête si le crime remonte à moins de vingt ans. S’il est supé­rieur à vingt ans, elle consi­dère qu’elle n’investiguera pas, car trop de temps s’est écou­lé. C’est ce qu’on appelle le délai de pres­crip­tion. Mon sujet de thèse s’intéresse au tout début d’une enquête : est-​ce que ça vaut le coup d’en ouvrir une et de cher­cher le meur­trier ou est-​ce qu’on la laisse de côté parce que le délai de pres­crip­tion est dépassé ?

Comment fonc­tionne la data­tion d’un corps actuel­le­ment ? 
A. A. : Un os[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
125 ecole a la maison. gros pour causette

L'école à la mai­son : un pro­blème vraiment ?

Dans le viseur de l’État, car soupçonnée de contrevenir aux principes républicains, l’instruction en famille, jusqu’alors libre, devra désormais faire l’objet d’une dérogation. Les associations de parents adeptes de ce mode d’instruction...