fbpx
IMG 0158
La ministre Elisabeth Moreno discutant avec une travailleuse du sexe au Bois de Boulogne, le 12 avril 2021 © A.C.

En maraude dans le bois de Boulogne, Elisabeth Moreno défend le bilan de la loi péna­li­sant le client

A l’occasion des cinq ans de la loi de 2016 péna­li­sant le client de la pros­ti­tu­tion et créant un Parcours de sor­tie de la pros­ti­tu­tion, la ministre à l’Egalité Elisabeth Moreno a par­ti­ci­pé à une maraude de l’association de l’Amicale du Nid pour ren­con­trer des pros­ti­tuées du Bois de Boulogne, à Paris. Causette était invitée.

Le sou­rire de Kouka Garcia et le « tiens, ma belle » de Sonia*, sala­riée de l’Amicale du Nid dis­tri­buant une poi­gnée de pré­ser­va­tifs et de masques, réchauffent autant les cœurs des femmes atten­dant le client que la bois­son chaude ser­vie avec ses petits beurres. Le four­gon de l’Amicale du Nid, amé­na­gé avec ban­quettes et petite table cir­cu­laire qui ont, à une époque où le covid-​19 n’existait pas, connu des jours cer­tai­ne­ment plus pro­pices, trace sa route à tra­vers le Bois de Boulogne ce lun­di 12 mars. Deux fois par semaine – une fois de jour, une fois de nuit -, l’Amicale du Nid qua­drille les plus de 840 hec­tares de ce bois à l’ouest de la capi­tale, pour ravi­tailler les prostitué.es en pro­duits d’hygiène et pré­ser­va­tifs, leur pro­po­ser une col­la­tion et leur don­ner des infor­ma­tions en ce qui concerne notam­ment l’accès aux soins. 

« Comment ça va, Cassandra aujourd’hui ? », lance Sonia à une dame far­dée de noir et per­ruque à frange. Cassandra, une femme trans ori­gi­naire d’Amérique latine, comme presque toutes celles que ren­con­tre­ra la maraude en notre pré­sence, se porte bien et n’a pas trop froid, mal­gré les 6 degrés qu’affichent le ther­mo­mètre. Par contre, elle est sur­prise du nombre de per­sonnes pré­sentes pour l’accueillir aux pieds du four­gon. En plus des habituel.les salarié.es de l’association qui lutte contre le sys­tème pros­ti­tu­tion­nel, se trouvent cette fois une ministre et ses conseillères, ain­si qu’une jour­na­liste. Elisabeth Moreno, ministre délé­guée à l’Egalité, a choi­si de se joindre à la maraude pour aller à la ren­contre du public tou­ché par la loi du 13 avril 2016, « visant à ren­for­cer la lutte contre le sys­tème pros­ti­tu­tion­nel ». « Notre minis­tère inves­tit près de cinq mil­lions d’euros par an pour appuyer le tra­vail de ter­rain des asso­cia­tions qui luttent contre les vio­lences faites aux femmes, explique Elisabeth Moreno à Causette. Il me semble impor­tant de ren­con­trer ces acteurs quand c’est pos­sible, et c’était une bonne manière de célé­brer les cinq ans de la loi. » Les deux mesures phares sont d’une part, la péna­li­sa­tion du client et d’autre part, la mise en place d’un Parcours de sor­tie de la pros­ti­tu­tion (PSP), dis­po­si­tif d’accompagnement cen­sé four­nir un toit, un accom­pa­gne­ment par Pôle emploi et un éven­tuel titre de séjour pour toute per­sonne dési­rant tour­ner la page de la prostitution.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés