fbpx
IMG 0158
La ministre Elisabeth Moreno discutant avec une travailleuse du sexe au Bois de Boulogne, le 12 avril 2021 © A.C.

En maraude dans le bois de Boulogne, Elisabeth Moreno défend le bilan de la loi péna­li­sant le client

A l’occasion des cinq ans de la loi de 2016 péna­li­sant le client de la pros­ti­tu­tion et créant un Parcours de sor­tie de la pros­ti­tu­tion, la ministre à l’Egalité Elisabeth Moreno a par­ti­ci­pé à une maraude de l’association de l’Amicale du Nid pour ren­con­trer des pros­ti­tuées du Bois de Boulogne, à Paris. Causette était invi­tée.

Le sou­rire de Kouka Garcia et le « tiens, ma belle » de Sonia*, sala­riée de l’Amicale du Nid dis­tri­buant une poi­gnée de pré­ser­va­tifs et de masques, réchauffent autant les cœurs des femmes atten­dant le client que la bois­son chaude ser­vie avec ses petits beurres. Le four­gon de l’Amicale du Nid, amé­na­gé avec ban­quettes et petite table cir­cu­laire qui ont, à une époque où le covid-​19 n’existait pas, connu des jours cer­tai­ne­ment plus pro­pices, trace sa route à tra­vers le Bois de Boulogne ce lun­di 12 mars. Deux fois par semaine – une fois de jour, une fois de nuit -, l’Amicale du Nid qua­drille les plus de 840 hec­tares de ce bois à l’ouest de la capi­tale, pour ravi­tailler les prostitué.es en pro­duits d’hygiène et pré­ser­va­tifs, leur pro­po­ser une col­la­tion et leur don­ner des infor­ma­tions en ce qui concerne notam­ment l’accès aux soins. 

« Comment ça va, Cassandra aujourd’hui ? », lance Sonia à une dame far­dée de noir et per­ruque à frange. Cassandra, une femme trans ori­gi­naire d’Amérique latine, comme presque toutes celles que ren­con­tre­ra la maraude en notre pré­sence, se porte bien et n’a pas trop froid, mal­gré les 6 degrés qu’affichent le ther­mo­mètre. Par contre, elle est sur­prise du nombre de per­sonnes pré­sentes pour l’accueillir aux pieds du four­gon. En plus des habituel.les salarié.es de l’association qui lutte contre le sys­tème pros­ti­tu­tion­nel, se trouvent cette fois une ministre et ses conseillères, ain­si qu’une jour­na­liste. Elisabeth Moreno, ministre délé­guée à l’Egalité, a choi­si de se joindre à la maraude pour aller à la ren­contre du public tou­ché par la loi du 13 avril 2016, « visant à ren­for­cer la lutte contre le sys­tème pros­ti­tu­tion­nel ». « Notre minis­tère inves­tit près de cinq mil­lions d’euros par an pour appuyer le tra­vail de ter­rain des asso­cia­tions qui luttent contre les vio­lences faites aux femmes, explique Elisabeth Moreno à Causette. Il me semble impor­tant de ren­con­trer ces acteurs quand c’est pos­sible, et c’était une bonne manière de célé­brer les cinq ans de la loi. » Les deux mesures phares sont d’une part, la péna­li­sa­tion du client et d’autre part, la mise en place d’un Parcours de sor­tie de la pros­ti­tu­tion (PSP), dis­po­si­tif d’accompagnement cen­sé four­nir un toit, un accom­pa­gne­ment par Pôle emploi et un éven­tuel titre de séjour pour toute[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
98 harcelement Crous Benjamin Courtault pour Causette

Harcèlement : enquête en Crous

Deux plaintes. Trois mains courantes. Et l’ouverture d’une enquête préliminaire de police… Des étudiantes dénoncent, depuis plus d’un an, le comportement abusif d’un agent du Crous, logé dans leur résidence.